Santé › Actualités Santé

Forum National sur la Nutrition : Une première du genre au Mali

50 % des décès des enfants sont liés à  la malnutrition En effet, si dans le monde on estime que 55 millions d’enfants de moins de 5 ans souffrent de malnutrition aiguà« dont 19 millions de cas sévères, la grande majorité des cas sont concentrés dans seulement 36 pays en Afrique Sub-saharienne et au sud de l’Asie centrale. Et parmi les 10 millions de décès observés chaque année à  travers le monde chez les enfants de moins de 5 ans, la malnutrition est associée à  plus de 50% des décès. A ce propos, le Programme Alimentaire Mondial estime qu’en Afrique de l’Ouest 3,2 millions d’enfants de moins de 5 ans à  peu près souffrent de malnutrition aiguà«, alors que le cas de 9 millions d’enfants relève de la malnutrition chronique Le cas du Mali Le Mali est un vaste pays soudano sahélien qui, à  l’instar des autres pays sahéliens, est fortement frappé par la malnutrition. «Je voudrais rappeler que la sous-nutrition met en danger la survie, la santé, la croissance et le développement des enfants. Elle freine considérablement l’atteinte des objectifs de développement, et donne l’impression d’être un problème invisible. Or, l’état nutritionnel futur d’un enfant se dessine avant même sa conception, et dépend grandement de l’état nutritionnel de sa mère avant et pendant la grossesse. Une femme anémique, a plus de chance de donner naissance à  un enfant de faible poids explique le ministre de la santé. Selon les experts de la santé de manière générale, une femme souffrant de sous-nutrition chronique donnera naissance à  un enfant risquant de souffrir lui-même de sous-nutrition, et ce cycle de la sous-nutrition se répétera de génération en génération. A ce propos, le ministre de la santé Oumar Ibrahim Touré a signalé que le taux de malnutrition aiguà«, selon les résultats de l’Enquête Démographique et de Santé Mali III ou EDS Mali III, était de 11% en 2001. Ce taux, suivant les résultats de l’EDS Mali IV, a atteint 13% en 2006. Dans le même temps, la malnutrition chronique et l’insuffisance pondérale ont respectivement affiché les taux de 34% et 32%. Dans notre pays, près de 7 femmes sur 10, soit 67 %, sont anémiques. « Plus de 4 enfants sur 5, soit 81 % des enfants de moins de 5 ans, souffrent d’anémie. Aussi, près d’1 million d’enfants de moins 5 ans, soit 2 enfants sur 5, souffrent de malnutrition chronique. Et près de 800.000 enfants, soit 1 sur 4, souffrent d’insuffisance pondérale. La perte économique, à  cause de l’anémie, a été estimée à  plus de 4% du Produit intérieur brut au Mali ». Face à  cette situation, le département a jugé utile et urgent d’envisager la préparation, l’organisation et la tenue d’un Forum National sur la Nutrition. Une première en Afrique Le forum s’articule autour des résultats des Foras Régionaux et du District de Bamako, pour être en phase avec les orientations stratégiques de notre pays. Il s’agit de celles contenues dans le Programme de Développement Economique et Social ou PDES initié par, et dans le Cadre Stratégique pour la Croissance et la Réduction de la Pauvreté au Mali 2007-2011. Ainsi, au cours de ces trois jours de travaux, il s’agira pour l’ensemble des Experts et des participants d’apporter une impulsion et une action d’accompagnement capables de repositionner très haut la nutrition dans les politiques et stratégies du Gouvernement de la République du Mali et de ses Partenaires Techniques et Financiers. Il s’agira aussi d’attirer l’attention nécessaire sur la nécessité d’instaurer des interventions efficaces dans les Collectivités territoriales, les Communautés à  la base et les Familles face à  la malnutrition. En cela, les orientations stratégiques et les résultats issus des 9 Foras Régionaux et du district de Bamako, qui ont regroupé plus de 1.500 participants, sont un levier important pour fructifier les différentes présentations, les débats et les échanges. A noter les partenaires techniques financiers ont réaffirmé leur soutien au gouvernement du Mali pour relever le défi.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut