International › Monde

Gabon : Omar Bongo, un an après les Gabonais n’ont pas oublié

La population gabonaise, très touchée à  l’annonce de la disparition de leur président, feu Omar Bongo Ondimba, le 8 juin 2009, à  la clinique Quiron de Barcelone, en Espagne, à  l’occasion de cette journée souvenir o๠l’on commémore sa première année de disparition, n’a pas oublié l’œuvre du Doyen des chefs d’Etats d’Afrique en indiquant que ce fut une « grande perte ». l’image du président Bongo Ondimba sera à  jamais enfouit dans les têtes de tous les fils et filles de la génération Omar Bongo. « Depuis 40 ans, nous n’avons connu que lui comme président et C’’est difficile de dire ce qu’il a fait de bon ou de mauvais car nous n’avons rien pour faire la comparaison. Dans tous les cas, les Gabonais vont le pleurer à  jamais », a déclaré Emane Alogho, un jeune étudiant à  l’université des sciences de la Santé. Dans une intervention télévisée sur la première chaà®ne de télévision, l’opposant André Mba Obame reconnaissait encore qu’« Omar Bongo Ondimba était un grand homme car ce n’est pas donné à  tous, de réussir à  faire plus de 40 ans au pouvoir ».  Dans ce même documentaire, Guy Nzoumba Ndama, le président de l’Assemblée Nationale soutenait que « Bongo a toujours tendu la main à  tous, même à  ses détracteurs. Nous avons tous appris auprès de lui ».   Pour le commun des gabonais, en ce jour anniversaire du décès de feu Omar Bongo Ondimba, « le Gabon n’aura plus jamais un tel homme à  sa tête. Un homme qui a su fédérer son peuple, qui a dirigé avec sagesse et qui a consacré toute sa vie à  son pays, C’’est donc une grosse perte pour toute la nation ». « Même si on l’aimait ou on ne l’aimait pas, il faut reconnaà®tre qu’il avait ce quelque chose de particulier, d’attirant et d’imposant qui nous forçait l’admiration. En plus nous nous étions habitués à  lui comme chef. C’’est difficile aujourd’hui de ne plus le voir inaugurer par-ci, lancer un chantier par-là  », a déclaré un fonctionnaire sous le couvert de l’anonymat. Pour un jeune lycéen interrogé, ‘’Yaya » Omar Bongo était tout simplement « un grand président, un grand chef », même s’il ne sait pas exactement pour quoi il le dit. Des expressions maintes fois entendues de la bouche des habitants du Gabon qui ont tous respectée la minute de silence républicaine souhaitée par les autorités de la République pour se souvenir du défunt président et lui rendre un vibrant hommage, un an après.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut