Santé › Actualités Santé

6è journée nationale de la maternité à moindre risque : « Aucune femme ne doit mourir en donnant la vie »

La cérémonie était présidée par le Ministre de la santé Oumar Ibrahima Touré, en présence des Ministres de l’Enseignement Supérieur, de la Communication, et de l’Urbanisme, du Représentant de l’Unicef Chef de file des Partenaires Techniques et Financiers, du Représentant de l’OMS et de nombreuses personnalités et invités. Pour le ministre Touré, il s’agit là  d’un événement d’une importance capitale qui vise à  mobiliser toutes les forces vives de la nation, dans le but de réduire la mortalité maternelle, néonatale et infantile La mortalité néonatale et maternelle: une tragédie au Mali Il convient de signaler que la mortalité maternelle et néonatale, représente une véritable tragédie dans le monde avec, chaque année, environ 529.000 décès maternels. « En ce qui nous concerne, le taux de mortalité maternelle est estimé à  464 décès pour 100.000 naissances vivantes, et le taux de mortalité néonatale est de 46 pour 1.000, selon les résultats de l’Enquête Démographique et de Santé Mali IV réalisée en 2006. En d’autres termes, une femme meurt toutes les 3 heures et 80 nouveau-nés décèdent chaque jour. Il s’agit là  d’une véritable hécatombe, parce que le décès d’une mère compromet non seulement la vie de ses enfants, mais aussi le bien être de la famille et de la communauté », a indiqué le ministre Oumar Ibrahim Touré. Face au taux élevé de mortalité maternelle, le département de la santé, avec l’appui de ses partenaires, a mis en place dès 1994 un programme de périnatalité avec un volet organisation du système de référence/évacuation, pour la prise en charge des urgences obstétricales. Cette initiative constitue une innovation importante pour le système de santé. Il comprend un dispositif de financement avec la caisse de solidarité, et un système d’alerte et d’évacuation sanitaire avec les ambulances et les radios. Le financement de la caisse de solidarité, est basé sur un partage des coûts impliquant la famille, les Associations de santé communautaire ou ASACO, les mairies, les Conseils de cercle et les Centres de santé de référence. Renforcer le système de référence/évacuation Le Ministre de la santé dira que c’est ensembleque des solutions pourraient etre trouvées à  certains problèmes, qui entravent le bon fonctionnement du système de référence/évacuation. « Je voudrais notamment parler du faible niveau de paiement des cotisations par les ASACO et les collectivités locales, et la tenue irrégulière des réunions statutaires des organes de gestion de la caisse de solidarité et du monitorage du système. En effet, le non paiement de ces cotisations, contribue à  l’augmentation du deuxième retard lié à  l’orientation ou l’évacuation du malade vers les structures de prise en charge. Toute chose, qui entraà®ne des taux élevés de mortalité et de morbidité maternelle et néonatale. Je voudrais, en cela, insister sur l’importance de la participation communautaire, qui intègre les principes de responsabilisation et d’autofinancement ». Dans son allocution, le ministre de la Santé a rendu un vibrant hommage à  Madame TOURE Lobbo TRAORE, Présidente de la Fondation pour l’Enfance, Epouse du Chef de l’Etat, pour son engagement dynamique dans le combat contre les maux dont souffrent les femmes et les enfants au Mali. La journée a été aussi marquée par le baptême de la 1ère Promotion des Gynécologues-Obstétriciens et de la 3è Promotion des Pédiatres, dénommée Promotions Mme Touré Lobbo Traoré. Des récipiendaires ont également reçu des Prix Tara Boré, décernés par la Première Dame à  travers le Ministre de la santé qui la représentait. Pour conclure ses propos, le chef du departement de la Santé a réitéré la volonté des plus hautes autorités à  oeuvrer pour « qu’aucune femme ne meurt en donnant la vie » et «qu’aucun nouveau né ne meurre dans les premières heures de sa vie ».

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut