International › Monde

Terrorisme : L’Afrique au coeur de la nébuleuse Al Qaeda

Kampala visé Al Qaeda continue de faire la pluie et le beau temps en matière de terrorisme international. Les états-Unis n’y avaient pas échappé avec l’effondrement des Tours du World Trade Centre le 11 septembre 2001. Et à  Kampala, en Ouganda, un attentat meurtrier dans un restaurant, vient de causer plus de 70 morts. La police a mis en cause les islamistes somaliens shebab liés à  Al-Qaà¯da. L’attentat a pu être provoqué par deux kamikazes, ou par des bombes déposées sous des sièges, selon les premiers éléments de l’enquête. Ce double attentat est le plus meurtrier commis en Afrique de l’Est depuis les attaques suicide contre les ambassades américaines de Nairobi et Dar es-Salaam qui avaient fait plus de 200 morts le 7 août 1998, rapporte une agence de presse. Al Qaida en Afrique l’Afrique sub-saharienne et en particulier la Somalie sont un refuge pour de nombreux groupes armés se revendiquant d’Al Qaida. l’organisation terroriste a parlé en début d’année de son intention d’intensifier ses activités sur le continent africain. Les groupes islamiques radicaux sont conscients des failles qui existent dans de nombreuses régions et tentent de les exploiter. La majeure partie du sous-continent connaà®t traditionnellement une forte présence islamique. Les cultures, les croyances et les structures sociales très variées de cette région représentent pour les services de renseignement occidentaux un vrai défi pour la collecte d’informations. De plus, la faiblesse générale des gouvernements et la corruption expliquent l’intérêt sans cesse croissant du réseau terroriste pour l’Afrique subsaharienne, rapporte le quotidien Afrik.com Au Nord du Niger et au Burkina Faso L’otage, Michel Germaneau, 78 ans, a été enlevé le 22 avril dans le nord du Niger. AQMI a diffusé en mai une déclaration audio du ressortissant français, ajoutant qu’il s’agit d’un ingénieur à  la retraite qui travaillait dans le secteur pétrolier algérien. Le mouvement terroriste a demandé un échange de prisonniers et appelé le président français Nicolas Sarkozy à  répondre à  cette « requête légitime ». Par ailleurs, des menaces terroristes ont été signalés au Nord du Burkina, allongeant la liste des pays subsahariens visés par l’organisation terroriste. Cette fois, le dilemme n’incombe pas au président Malien qui s’était vu décrié dans sa gestion de l’affaire Camatte, et pour avoir laissé libéré quatre islamistes. Une crise diploamtique s’en était suivie entre le Mali, l’Algérie et la Mauritanie. N’empêche que la nébuleuse terroriste s’étend dans nos déserts et menacent de simples citoyens comme à  Kampala en Ouganda et mettant en danger la sécurité nationale. A quand une prise de conscience réelle des dirigeants Africains contre le nouveau mal du 21è siècle et ce depuis les attentats du 11 septembre ?

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut