Dossiers › Dossiers

Prévention du VIH/SIDA : Les jeunes à l’avant garde

Selon ce rapport l’épidémie de sida continue de reculer. Cette année, c’est la tranche des 15-24 ans qui bénéficie de cette baisse dans de nombreux pays notamment grâce aux actions de prévention. Une nouvelle étude de l’ONUSIDA révèle que les jeunes conduisent la révolution de la prévention. La prévalence du VIH parmi les jeunes a diminué de plus de 25 % dans 15 des 25 pays les plus affectés par le sida. Un chiffre important quand on sait que 8 jeunes contaminés sur 10, soit 4 millions d’individus vivent en Afrique subsaharienne. Baisse de la prévalence chez les jeunes Cette baisse est dans une large mesure attribuable à  une diminution des nouvelles infections au VIH parmi les jeunes qui ont changé positivement de comportements sexuels. Ainsi selon le rapport, les jeunes qui ont des partenaires multiples utilisent de manière accrue le préservatif mais ont démarré leur vie sexuelle plus tardivement. Les pays les plus durement touchés par la pandémie à  savoir le Zimbabwe, Le Botswana, la Côte d’Ivoire, l’Ethiopie, le Kenya, le Malawi, la Namibie et le Zimbabwe ont déjà  atteint l’objectif international de réduction de la prévalence à  25%. Quant au Burundi, au Lesotho, au Rwanda, au Swaziland, aux Bahamas et Haà¯ti, ils sont en passe de l’atteindre d’ici la fin de l’année. Nouveau moyen de prévention Ce nouveau rapport de l’ONUSIDA dénommé Outlook 2010, présente les grandes lignes d’une plate-forme de traitement du VIH radicalement simplifiée appelée ‘Traitement 2.0′ qui pourrait permettre de réduire considérablement le nombre de décès liés au sida et diminuer fortement le nombre de nouvelles infections à  VIH La révolution Traitement 2.0 La généralisation du nouveau « Traitement 2.0 » contre le VIH/Sida pourrait permettre de réduire considérablement le nombre de décès liés au virus et diminuer fortement le nombre de nouvelles infections. Combinée avec les moyens de prévention classique, cette nouvelle thérapie pourrait sauver 10 millions de personnes d’ici à  2025 et éviter jusqu’à  1 million d’infections par an. « Non seulement le traitement 2.0 peut sauver des vies, mais il est potentiellement un moyen déterminant de prévention », a déclaré le Directeur exécutif de l’ONUSIDA, Michel Sidibé lors de la présentation du rapport mardi à  Genève, en Suisse. « Pour que les pays atteignent leurs objectifs et leurs engagements en matière d’accès universel, nous devons réorganiser la riposte contre Sida. En nous montrant innovants, nous réussirons à  réduire les coûts afin que les investissements puissent atteindre un plus grand nombre de personnes », a-t-il ajouté. 26 milliards de dollars engagés Plus de 26 milliards de dollars pour lutter contre le fléau En 2010, l’ONUSIDA estime que 26,8 milliards de dollars sont nécessaires pour atteindre les objectifs fixés par les pays en matière d’accès universel à  la prévention, au traitement, aux soins et à  l’appui en rapport avec le VIH. C’est pourquoi le rapport recommande aux programmes nationaux de lutte contre le VIH d’investir entre 0,5% et 3% des recettes publiques dans la lutte contre le Sida. D’o๠l’appel lancé par l’ONUSIDA à  l’endroit des pays en développement plus riches à  couvrir une proportion substantielle de leurs besoins de ressources à  partir de sources domestiques. Actuellement, 50 % des besoins mondiaux de ressources des pays à  revenu faible ou intermédiaire sont concentrés dans 68 pays dans lesquels le besoin national est inférieur à  0,5 % de leur produit national brut. Ces pays abritent 26 % des personnes vivant avec le VIH et reçoivent 17 % de l’assistance internationale consacrée au sida. Il faut signaler qu’on dénombrait 33,4 millions de personnes vivant avec le VIH à  travers le monde à  la fin 2008. Pour cette même année, on estime à  près de 2,7 millions le nombre de nouvelles infections à  VIH et à  2 millions le nombre des décès liés au sida.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut