Idées › Éditos

Bon Ramadan 2010 : Appel à la solidarité des commerçants !

De manière générale, le Coran interdit la spéculation de tout sorte. Etre musulman est d’abord un comportement, une abnégation à  Dieu et surtout un appel au partage et à  la charité envers l’autre. Hélas, conjoncture oblige, l’on assiste à  une flambée des prix, une spéculation sauvage et soudaine, à  peine déguisée par les commerçants pour faire du profit, comme si les valeurs prônées par l’Islam étaient soudainement un prétexte pour justifier les problèmes financiers des uns et des autres . Je m’en suis rendue compte ce matin, en allant acheter du sucre à  la boutique. 1250Francs, le paquet de sucre en morceaux, vendu entre 900 et 1000 francs, il y a seulement quelques jours… l’épicier l’œil en biais, me fixe, le visage serré ! C’’est le prix ! Pas moyen de négocier, face à  ce visage de marbre, de jeûneur imperturbable. Il ne me reste plus qu’à  acheter le sucre en poudre, bien moins cher. A la radio également, une consommatrice Tchadienne se plaignait du fait que la veille, une marchandise se voyait avec un prix décuplé le lendemain. Celle-ci paniquait déjà  à  l’idée de sa popote du jour. Il faut le savoir, en Afrique, ce sont les femmes qui assurent toute la logistique du mois de Ramadan. Dès midi, elles sont aux fourneaux pour préparer le repas de rupture. Et celui du matin, le «Â Sougouri » comme on dit en Bambara. La bouillie de mil n’est pas en reste. Brassée avec art par les mains vigoureuses des épouses, la farine de mil se transforme en grains, ensuite cuits dans l’eau. Reste à  y ajouter le sucre tant cher vendu sur le marché. Il paraà®t que les stocks sont là Â… Les joies du Ramadan viennent bien sûr l’endurance du jeûneur, du lever au coucher du soleil, il assiste aux tiraillement de son estomac, d’ordinaire satisfait. Cette fois, il serre les dents, crache de temps à  autre et n’oublie pas ses prières. Un Hâdith affirme que l’haleine du jeûneur plaà®t à  Dieu. Que le croyant n’est jamais plus proche de Dieu que dans l’accomplissement de son devoir religieux. Mais vous, pourquoi jeûnez vous donc ? Est-ce par conviction religieuse, par solidarité pour les autres ou pour faire comme les autres. Il est aussi amusant de constater à  quel point les enfants, les tous petits sont souvent bien plus braves que de jeunes adolescents, à  qui le jeûne ne dit absolument rien. Pourtant, le jeûne est l’un des cinq pilier de l’Islam, un devoir pour tout croyant musulman. En sont exempts, les malades, les vieillards ou les femmes enceintes. Reste le devoir de charité. Alors, que vous jeûniez ou pas, restez solidaires pour les enfants d’ Allah… Bon Ramadan à  tous !

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut