Société › Actualités Société

Pluies diluviennes : Quand le ciel gronde, les Maliens tremblent

Les pluies diluviennes enregistrées récemment dans certaines régions sahélienne ont causés d’importants dégâts matériels et pertes humaines en Afrique. Au Mali,des maisons ont été emportées par les eaux même si pour le moment, aucune perte en vie humaine n’est déplorée. Les pompiers, les forces d’intervention et les autres agents de la protection civile ne sont pas en repos. A l’intérieur du pays, les provisions de certains villageois ont été noyées après l’effondrement de greniers et de troupeaux entiers décimés. C’est le cas du villages de Yérébougou dans la commune de Sanando dans le cercle de Barouéli (4è Région), et situé à  une vingtaine de kilomètres de la RN6 Bamako-Ségou, entièrement inondé depuis quelques jours. Des centaines d’hectares de culture risquent d’être engloutis par l’eau tout comme les maisons qui ont commencé à  sombrer. La délégation régionale a remis une somme symbolique et des moustiquaires imprégnées aux populations sinistrées, informe l’Essor des régions. Au nombre des dispositions envisagées par le gouverneur figurent l’envoi de tentes par les services de la protection civile et l’organisation d’un cadre de concertation diligent, afin que les populations acceptent d’aller s’installer sur un autre site. Car, ce n’est pas la première fois que le village est victime de pareille inondation. Ailleurs à  Koutiala, le 14 août dernier, de grosses averses se sont abattues sur la ville. Il a plu de 5 heures du matin jusqu’à  11 heures. Les inondations qui ont suivi ont causé d’importants dégâts. Exactement 728 familles se retrouvent sans abris. 66 concessions écroulées ont été recensées. En outre, cinq tonnes de céréales (mil, sorgho, riz et haricots) ont été emportées par les eaux. Les quartiers les plus touchés sont Wala Wala, Sogomougou, Lafiala, Médina-Coura et N’Tonasso. Ce jour là , il y avait de l’eau partout. Les marigots Pimpédogo et Boro ont débordé. Le pont Patrice Lumumba, pourtant, un imposant ouvrage, et celui dit de la CMDT, ont été submergés. Ces marigots avaient pris les dimensions de bras de fleuve, informa l’AMAP de Koutiala. Les sacrifices faits aux génies pour une bonne pluviométrie Alors qu’avec l’absence de la pluie, le monde paysan s’inquiétait de la mauvaise pluviométrie, on faisait des sacrifices aux génies ou l’on invoquait la clémence du Tout-Puissant pour bénéficier d’une pluviométrie exceptionnelle… Mais actuellement, les propriétaires des maisons en banco sont angoissés de voir leur maison s’effondrer. Par exemple à  Banconi, Fadjiguilla Nianmakoro et Sikoroni, une bourgade du district de Bamako, on observe ça et là  des maisons fissurées ou des pans de mur effondrés. Malgré la politique de construction de logements sociaux, initiée par Alpha Omar Konaré et poursuivie par son successeur Amadou Toumani Touré, nombreux sont des maliens qui ont pour habitat, surtout dans les villages, des maisons en terre battue. La réalité est que les matériaux de construction(ciment, fer) qui entrent dans la construction moderne et plus résistante aux intempéries demeurent chers parce qu’importés. C’’est la raison pour laquelle, l’ouverture de l’usine de ciment promise par les autorités est attendue avec impatience .

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut