Société › Actualités Société

Medina-coura : Echauffourées entre homosexuels et habitants du quartier

Tout est parti du fait que, la semaine denière, des jeunes du quartier ont surpris deux individus, de sexe masculin, entrain de s’embrasser dans la rue, et à  l’image de véritables amoureux. La scène s’est avérée inacceptable aux yeux de certains jeunes du coin, surtout en ce mois sacré de Ramadan. Ces derniers n’ont pas tardé à  sermonner les deux amoureux. Agréssés dans leur intimité, l’un des homosexuels a lancé « Nous sommes chez nous, devant notre porte et personne ne nous empêchera de nous adonner à  notre plaisir « . Il n’en fallait pas plus pour provoquer la colère des passants.  » Nous avons le bras long… Nous évoluons dans la cour des grands et vous, vous êtes des minables ! On fera appel à  Niamé Keà¯ta et il enverra ses policiers pour gazer tout le quartier « . Les propos émanent d’un gay (homosexuel) et reconnu comme tel dans le quartier Médina-Coura. La réponse de ses jeunes détracteurs ne s’est pas fait attendre sommes prêts à  nous faire recruter par Al Qaà¯da si l’on nous oblige à  assister à  des scènes de cette nature et au premier jet de gaz ». Les dés sont donc jetés dans le quartier Médina-Coura depuis la semaine dernière et il faut craindre le pire. Mais de quelle scène fait donc allusion ces potentiels adeptes d’Al Qaà¯da à  Médina-Coura ? Interpelés par les homosexuels, des gendarmes débarquèrent le lendemain de l’incident. Ils étaient accompagnés des deux amoureux lesquels identifièrent deux personnes comme étant leurs agresseurs. Mais la tentative d’embarquer les accusés rencontra une vive opposition de la population riveraine. La tension grimpa vite et les deux gendarmes durent battre en retraite et regagner leur base, à  savoir le camp I de la Gendarmerie. L’homosexualité gagne du terrain au Mali Selon nos sources, l’un des deux homosexuels est de nationalité étrangère, française en l’occurrence. Un africain de France en vacances au Mali. Visiblement les jeunes n’ont pas encore digéré les propos de l’homosexuel relatifs à  l’intervention de la police. Pis, aujourd’hui existe, il existe une véritable crise de confiance entre les populations, en l’occurrence les associations religieuses dont une frange importante de la société civile (la vraie) et les pouvoirs publics maliens… Les grandes manifestations contre le nouveau code des personnes et de la famille qui viennent juste d’avoir un an sont passées par là . Les jeunes du quartier ont menacé de s’engager aux côtés d’Al Qaà¯da si jamais les autorités maliennes jouent encore longtemps sur la carte du laxisme.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut