Idées › Éditos

L’édito : 22 septembre 2010, que la fête commence !

Un concert géant a réuni les citoyens maliens sur le boulevard de l’indépendance de Bamako ce samedi, orchestré par l’indémodable Salif Keita et une pléiade d’artistes malgré une pluie diluvienne ! La foule s’est voulue festive, alors qu’au Nord, 7 autres ressortissants étrangers ont été enlevés par une mouvance non revendiquée. Le soupçon pèse bien sur sur Aqmi et les terroristes armés qui peuplent le désert. Mais pour l’heure, si le désert est beaucoup trop loin pour s’en inquiéter, il faut fêter le cinquantenaire ! La ville est propre, belle, et scintille de ses petites lumières vertes, jaunes, rouges, aux couleurs du drapeau et bleues la nuit pour illuminer la fête ! Il parait que ces petites lampes sont fournies à  l’énergie solaire, C’’est aussi ça le cinquantenaire ! Un brin écolo, pour rassurer les esprits, en dépit des polémiques liées à  la construction du futur monument du cinquantenaire dans le lit du fleuve Niger. Et cette semaine aura été marquée par le décès brutal de la chanteuse Ché Ché Dramé, une étoile montante de 25 ans fauchée en pleine gloire, par la route! Ché Ché chantait dans son premier album «Â  Aidez moi », séduisant une multitude de fans de la musique malienne. Aujourd’hui, ce sont les anges du ciel qui l’accompagnent vers sa destinée céleste. En outre, au même moment CNN, les grands médias, s’inquiètent du sort de ces citoyens enlevés. Un coup de fil de la chaà®ne américaine au journal, nous alerte ! A quand la réaction des autorités maliennes ? ATT a réitéré son discours, face aux 3 journalistes de TV5 monde, RFI et Le Monde dans l’émission « Internationales » ! La négotiation oui, mais la force quant c’est nécessaire. « Si les Français ont échoué dans leur raid, il faut se poser des questions… », rétorque le président quant on l’accuse d’être conciliant avec les terroristes. Le mal est là  et doit être combattu. Le Nord du Mali est tout aussi égal à  l’est de la Mauritanie, qu’au sud de l’Algérie ou l’ouest du Niger… En attendant, que la fête du cinquantenaire commence !

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut