Idées › Éditos

22 septembre : En avant pour les 50 prochaines années !

Les acquis ! Ils sont là , culturels, politiques, économiques, sociétaux. Mais à  l’heure oà¹ à  New York, l’on évoque les OMD, ou objectifs du millénaire pour le développement pour lesquels les cinq prochaines années risquent de ne pas sufffire, le Mali s’apprête à  célébrer ce mercredi 50 ans d’indépendance. Car 50 ans, C’’est peu mais aussi beaucoup à  la fois. l’on a fait le bilan politique, rappelé l’action des pères fondateurs de l’indépendance comme Modibo Keita, Fily Dabo Sissoko, Mamadou Konaté, l’on tiré les leçons de l’héritage de tous ceux qui ont forgé le Mali libre et indépendant, de l’éclatement de la Fédération du Mali au coup d’état de 1991, qui apporta l’ère démocratique et mis fin au Parti Unique. l’on a évoqué ces 4 chefs d’états qui se sont succédés à  la tête de ce qui autrefois fut l’empire du Mandé de l’empereur Soundjata Keita, à  l’époque de la charte du Kurukanfuga. Aujourd’hui, nous avons une constitution, une république et un pluralisme démocratique et le droit de choisir son dirigeant. Nous vivons dans un pays, à  peu près stable politiquement, n’eut été les soubresauts de l’histoire, les épisodes sanglants, les chutes de régime dictatoriaux, auxquels très peu d’états africains ont échappé. Mais on ne construit pas une nation forte en seulement 50 ans et si les acquis sont nombreux, les défis sont milles fois plus grands. Les 50 prochaines années Dans quel Mali voulons-nous vivre demain ? Il fait bon vivre au Mali, diront certains, mais au 21è siècle, les objectifs restent en suspens : les acquis sociaux constituent l’épine dans le développement harmonieux d’un pays qui fait près de 15 millions d’habitants. Combien sur ce chiffre ont accès à  l’eau potable, à  la santé, au droit à  l’alimentation saine, à  l’emploi, à  la dignité à  laquelle aspire tout être humain sur cette terre ? Combien vivent en dessous du seuil de pauvreté ? Combien errent sans travail, surtout les jeunes, laissés à  eux-mêmes. Alors comment s’éduquer correctement, quant on a faim ? Comment vivre décemment, quant on a pas accès à  la santé et quant des milliers de femmes meurent chaque année en couches, quant le VIH Sida, la tuberculose et le paludisme tue des milliers d’âmes ? Voilà  autant de défis auxquels nous devrons faire face à  l’orée de ce troisième millénaire. Vision du futur Et puis il y a le rêve, la vision d’un état puissant, à  l’échelle internationale. Les visions inspirées des pères de l’indépendance et concrétisées par les homme modernes, les visions des jeunes, qui espèrent s’en sortir chez eux et non plus sur les routes de l’eldorado. En avant donc pour un Mali fort, démocratique et développé. Belles sont les infrastructures, plus beau encore, sont les hommes dignes, qui maà®trisent leurs destinées et partagent leurs richesses avec leurs prochains. Des richesses acquises au prix du sacrifice et du travail. De l’effort continu et conjugué. 50 ans, C’’est encore trop peu, mais suffisant pour dresser un bilan. Le Mali est aujourd’hui à  la croisée de son destin, tiraillé entre ses traditions et son désir de modernité. Il faut pouvoir concilier les deux et avancer vers un développement économique et social profitable à  tous ! Que le 22 septembre 2010 ouvre une nouvelle ère de prospérité pour le Mali de demain.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut