International › Monde

ATT au Fonds Mondial : Défendre la position du Mali à New York

ATT se rendra lui même à  New York, lundi prochain, afin de plaider la cause du Mali auprès du Fonds Mondial, un fonds destiné à  la lutte contre le VIH SIDA, la Tuberculose et le paludisme, trois pandémies qui touchent sévèrement notre pays. De même qu’il avait plaidé une augmentation de l’aide publique au Développement, à  l’Union Européenne, à  Strasbourg, ATT devra convaincre les bailleurs à  New York, de faire à  nouveau confiance au Mali, malgré les colossaux détournements de ce fonds, au ministère de la Santé dernièrement. Affaire qui avait vu la démission de hauts cadres et peut être celle prochaine du Ministre de la Santé en personne. Une commission d’enquête dirigée par le canadien Borassa, mène depuis plusieurs semaines, une investigation sur l’utilisation des fonds octroyés au Mali depuis 2005. Un fond colossal En 2010, le Fonds mondial aVAIT octroyé au Mali, près de 18 milliards, répartis sur un programme de cinq ans, et concernant près de 200 000 séropositifs au Mali et pour la promotion de l’accès gratuit des anti-rétroviraux aux personnes infectées. C’est dire l’ampleur de la lutte qui doit avancer.  » Le Vih Sida est une opportunité, celle de sortir les malades de leur isolement, mais je ne pourrai tolérer que ces fonds soient mal gérées ! « , affirmait tout récemment Michel Sidibé, le directeur exécutif de l’Onusida en visite à  Bamako. Pour une fois, l’opacité devra être levée, quant aux millions détournés dans les services administratifs de santé du Mali, de même que le Haut Conseil National de lutte contre le Sida est cité dans cette affaire. Selon notre confrère du Réublicain, les enquêteurs ont saisi une masse de documents de cette structure, afin d’y faire la lumière, tout comme le Vérificateur Général a noté d’importants dysfonctionnements dans la répartition des fonds alloués. A cause de cette affaire, les fonds paludisme et Tuberculose auraient même été gelés pour l’heure, en attendant de plus d’éclaircissements dans cette affaire qui révèle somme toute l’ampleur de la corruption financière et administrative au Mali. La mission d’ATT Pour le président Malien qui s’est indigné de cette affaire, le silence n’était plus possible. Si l’on déplore souvent chez ATT sa lenteur à  réagir, il devra désormais convaincre les bailleurs du Fonds mondial à  New York, de faire confiance au Mali. Un pays cité comme un bon élève de cette lutte, notamment en matière de VIH sida, face au recul et à  l’accès aux soins gratuits. Le président Malien, qui incarne aux yeux de l’opinion internationale, un modèle de gouvernance, sera entendu, et écouté à  New York. Il faudra faire preuve d’humilité mais aussi de clairvoyance, pour obtenir le maintien et peut-être l’augmentation de ces fonds déjà  importants. C’est là  toute la mission des chefs d’états africains. Faire couler le robinet de l’aide, mais à  une fin noble cette fois, celle de la santé pour tous !

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut