International › Monde

Présidentielle en Guinée : La campagne pour le 2è tour à nouveau lancée

Un scrutin pris avec réserve Le dimanche 24 octobre prochain, la Guinée tiendra le second tour du scrutin présidentiel après le premier du 27 juin dernier. A l’issue du premier tour, Cellou Dalein Diallo et Alpha Condé sont sortis vainqueurs avec respectivement 39% et 18% des suffrages exprimés. Initialement prévu pour le 19 septembre dernier, le second tour a finalement été repoussé au dimanche prochain. La campagne lancée ce lundi, s’achèvera vendredi, c’est-à -dire, 48h avant le jour ‘J’. Si certains doutent de la tenue de ce scrutin, d’importantes avancées sont à  constater. Notamment la rencontre entre les deux candidats Alpha Condé et Cellou Dalein avec le général Sékouba Konaté au palais présidentiel de Conakry hier lundi. Il existe beaucoup de tension entre les deux hommes Diallo et Condé qui se regardent en chien de faà¯ence. D’abord, C’’est Alpha Condé qui accusait Cellou Dalein d’être favorisé par la commission électorale indépendante (CENI) par le biais de son défunt président Ben Sékou Sylla. Ainsi après les résultats du premier tour, les contestations se sont faites nombreuses surtout du côté du rassemblement du peuple de Guinée (RPG) de Condé. Suivra ensuite l’exigence de Cellou Dalein Diallo à  remplacer l’actuel président de la CENI, Loucény Camara qu’il accuse d’être à  la solde de son adversaire. Il refuse donc d’aller aux élections tant que celui-ci ne sera pas remplacé par «Â une personnalité neutre » . Les deux rivaux se rencontrent Après la rencontre entre Cellou Dalein et Alpha Condé ce lundi après midi avec le président de la république, les deux hommes ont eu un tête à  tête ce matin. A l’issue de leur rencontre avec le président, ils se sont tous les deux engagés à  former un gouvernement d’union nationale avec des éléments du perdant en cas de victoire. Les deux challengers malgré leur divergence, se sont publiquement serrés la main. Un signal fort à  l’approche d’une présidentielle tant attendue et qui est censée ramener le pays dans une stabilité politique et sociale. Cinq jours avant le vote, l’union des forces de Guinée (UFDG) de Cellou reste toujours campé sur sa position. Celle de changer Loucény Camara. Cellou a d’ailleurs réalisé un coup de maà®tre en réussissant à  faire changer de position à  12 des 22 sur le maintien ou non de leur président. Ces derniers demandent une nouvelle élection afin «Â d’assurer la neutralité de leur institution. » Le président de la CENI disait il y a quelques jours, qu’il se conformera aux règles de l’institution quelque soit la décision prise. Selon le règlement intérieur de la commission, les 1/3 des membres peuvent convoquer une élection afin de choisir le président. C’’est donc sur cette base que Loucény Camara se base pour dire qu’il n’est pas illégalement venu à  la tête de la CENI. Il a été choisi selon lui, par la majorité des votants. Il s’expliquait en fin de semaine dernière : «Â J’ai été choisi selon les règles. Et si les membres veulent que le vote se refasse, je me conformerai à  leur choix. Je ne souhaite que le bonheur de mon pays et des mes concitoyens. Je ne suis issu d’aucun parti politique et encore moins de celui de Mr Condé comme certains se plaisent à  le dire. Je n’ai absolument rien à  me reprocher.» l’UFDG et le RPG à  couteaux tirés Les partisans de deux candidats en lice pour dimanche, sont à  couteaux tiré en ce qui concerne la présidence de la CENI. D’une part, l’UFDG veut le départ du président et d’autre part, le RPG qui estime qu’au nom du respect de la légalité, Loucény Camara doit être maintenu à  la tête de la CENI. Tout compte fait, il est fort probable que l’élection pour la présidence de la commission se fasse puisque la majorité le demande. Mais cela dit, cette élection se fera t-elle.Car Cellou Diallo menace de boycotter le scrutin si Loucény Camara n’est pas remplacé.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut