Idées › Éditos

Modibo Sidibé, l’impénétrable ?

Un cavalier solitaire Impénétrable diront certains. Mystérieux diront d’autres. En effet Modibo Sidibé, puisque C’’est de lui qu’il s’agit, apparait comme l’une des personnalités maliennes les plus énigmatiques. Malgré tout, il est l’une des rares personnalités maliennes à  rester sans discontinuité dans les arcanes du pouvoir depuis les événements de mars 1991. Pour avoir travaillé 20 ans dans les hautes sphères de l’Etat (cinq ans ministre de la Santé ; cinq ans ministre des Affaires étrangères ; cinq ans secrétaire général de la Présidence), il était perçu comme celui qui connaissait le mieux le président de la République et allait aider à  bien amorcer son second mandat. Dans tous les compartiments de sa carrière, l’homme laisse un héritage mitigé et est toujours resté muet sur ses ambitions. Mais depuis qu’il a été nommé à  la Primature (27 septembre 2007), les ambitions politiques de l’homme semblent se préciser de plus en plus. De façon générale, les Maliens sont très sévères dans leur jugement vis-à -vis du Premier ministre et de son équipe. Eux qui n’attendaient que l’amélioration de leurs conditions de vie, ressentent comme une sorte d’aggravation de leurs problèmes depuis que Modibo Sidibé est à  la Primature. « C’’est qu’on ne le sent pas, on ne le voit pas conduire le gouvernement ou indiquer le chemin », lui reproche-t-on souvent. l’épisode du code n’est que la confirmation du fait que le Premier ministre communique peu, partage peu et décide toujours en mettant les autres partenaires devant le fait accompli. Pour de nombreux analystes et observateurs, le renvoi de cette loi pour une seconde lecture devant les députés constitue une authentique déculottée pour le gouvernement. Le Premier ministre est celui-là  même qui a convoqué la session extraordinaire de l’Assemblée nationale qui devait prioritairement s’occuper d’un code qui n’avait que trop traà®né. A aucun moment, il n’y a eu de sensibilisation en amont, alors que la Primature dispose d’un bureau dédié à  cela. Sa timidité et son caractère naturellement réservé ne sont pas les seuls en cause. Son profil de policier le pousse à  cultiver encore et toujours le secret. Jusqu’à  l’enfermement. Vis-à -vis de l’échec enregistré dans certaines politiques, dans un pays o๠tout marcherait normalement, le président de la République aurait mis, sans autre forme de procès, fin aux fonctions d’un Premier ministre qui ne tient pas compte de ses observations. l’un des tout premiers chantiers auquel il s’est attaqué est l’école. Sans concertation préalable, il a convoqué à  la télévision le Forum avant d’embarquer tous les partenaires dans son organisation. Après le forum sur l’école, il a organisé un autre grand rassemblement, cette fois-ci à  propos de la lutte contre la corruption. Alors même que le problème est connu, qu’il y a des structures créées à  cet effet. A moins de deux ans des élections présidentielles de 2012, de nombreux citoyens se posent des questions sur l’avenir politique de Modibo Sidibé. Certains observateurs lui prêtent la volonté d’aller à  la conquête de Koulouba mais l’inspecteur général de police qu’il est, s’est refusé d’épiloguer publiquement sur ses présumés ambitions présidentielles. En dépit de toutes les critiques sur sa gestion à  la tête du gouvernement, Modibo Sidibé apparaà®t encore aux yeux de nombreux analystes comme celui qui conserve encore et malgré tout un bel avenir de présidentiable. Et, pourquoi pas porte-étendard de l’Adema ou du Pdes ?

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut