Politique › Politique Nationale

Mauritanie : un forum National sur le terrorisme à Nouakchott

Les réunions et discussions sur le terrorisme se multiplient un peu partout dans la sous-région. Après la rencontre des experts du G8 à  Bamako, au tour de la Mauritanie d’organiser un forum, o๠le président Ould Abdel Aziz a réaffirmé sa détermination à  intensifier la lutte contre al-Qaà¯da au Maghreb islamique (Aqmi). L’appel d’Amadou Toumani Touré, semble avoir été entendu par ses voisins et homologues, qui reconnaissent là  sa sagesse d’esprit en la matière. Mot d’ordre, la concertation. Ouvert dimanche 24 octobre, le forum sur le terrorisme, va durer cinq jours et réunira des personnalités religieuses, des partis politiques, des membres de la société civile et du monde de la culture. Plusieurs partis de la Coalition de l’opposition démocratique (COD) ont décidé de le boycotter, mais son chef, Ahmed Ould Daddah, était présent à  l’ouverture du forum aux côtés d’autres opposants, rapporte RFI. Toutefois, selon RFI, la Mauritanie a toujours été engagée dans la lutte, mais de la manière forte. On se rappelle les derniers raids orchestrés contre AQMI, l’un en juillet et l’autre en septembre 2010, des opérations censées protéger l’intégrité du territoire national contre l’infiltration de terroristes armés, aux portes du désert saharien. Cependant, le raid de Juillet, en collaboration avec la France a tourné au drame, entraà®né la mort de soldats mauritaniens et conduit à  la mort de l’otage Michel Germaneau, tandis qu’Ould Abdel Aziz, affirme désormais : « Mais la confrontation armée ne peut être l’unique réponse au terrorisme ». Mot d’ordre: la prévention armée Mieux, le président mauritanien, joue désormais la carte de la prévention, lui connu pour ses positions plutôt radicales, mais aujourd’hui, il semble avoir mis de l’eau dans son vin. Et de déclarer :  » « J’exhorte tous nos citoyens à  considérer cette situation dangereuse, a déclaré le président Abdel Aziz, et à  savoir qu’ils sont visés dans leur croyance islamique tolérante, leur sécurité, leur vie et celle des générations à  venir ». Un appel lancé à  la jeunesse mauritanienne, première cible des recruteurs salafistes, un phénomène qui touche également les Touaregs du Nord Mali. AQMI n’a pas fini de faire parler, mais aujourd’hui, la stratégie des pays de la bande sahélo-saharienne, concernés par le phénomène du terrorisme, est différente et penche plutôt vers la diplomatie, la concertation que l’attaque armée. Pour quels résultats ?

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut