Idées › Éditos

Présidentielle 2012 : Dioncounda candidat, quel avenir pour l’ADEMA ?

Et pourtant. La ruche est en ébullition. La semaine dernière, le président du parti ADEMA organisait une conférence de presse pour clarifier la position de son organisation et donner des pistes quant à  la présidentielle de 2010. Cet exercice, loin de rassurer le microcosme politique et de rassembler les abeilles, a suscité de multiples interrogations. l’honorable Dioncounda Traoré, est – il à  l’abri d’une manœuvre de déstabilisation ? Connaà®tra t- il le même sort que Ibrahim Boubacar Keita ? Pourquoi faire cette conférence de presse maintenant? Dioncounda, un « très bon candidat pour 2012 » ? « l’Adema n’a peur de rien ni de personne. Nous sommes nous-mêmes. Nous croyons en nous-mêmes ». Ces propos de Dioncounda Traoré annoncent les couleurs à  quelques mois des élections présidentielles de 2012. La succession d’ATT sera rude, très rude. Cette image de cohésion et de sérénité qu’affiche le président de l’ADEMA devrait rassurer et permettre de préparer la présidentielle de 2012. Mais cette formation va-t-elle réussir à  se mettre d’accord et se choisir un candidat incontesté ? Difficile d’être optimiste. En témoigne les tractations,-la réunion de mercredi 10 novembre a été reportée à  deux reprises-, qui ont abouti à  la tenue de cette conférence de presse. La première preuve que les milittants de l’ADEMA ne sont pas sur la même longueur d’ondes, C’’était l’absence fort remarquée des ministres et des cadres lors de la grande conférence de presse du président Dioncounda Traoré. Pourtant, le parti dispose de cinq membres au niveau du gouvernement et de hauts cadres influents comme le secrétaire général, Marimanthia Diarra, le président du haut conseil des collectivités territoriales, Oumarou Ag Mohamed, ni Soumeylou Boubeye Maiga etc. Une certitude qui divise Dioncounda, candidat du parti en 2012 ? Ce dernier le laisse entendre. Mais sera-t-il suivi par ses amis ? Plusieurs candidats sont d’ailleurs en embuscade et il ne serait pas étonnant de voir des seconds couteaux apparaà®tre à  la dernière minute. Ils sont eux aussi en droit de rêver en leur bonne étoile. Des jeunes ambitieux, jeune génération de cadres du parti, pourraitent eux aussi envisager de s’émanciper de la veille garde. Certains voient donc déjà  comme imminente une cassure, voire un scenario catastrophe, comme celui de 2002 o๠le parti avait vécu un vrai psychodrame à  travers la candidature de trois cadres à  la présidentielle, tandis qu’une frange importante des membres du CE battait campagne au profit du candidat ATT. Cela au détriment du candidat Soumaila Cissé. Ce ne serait donc surprenant, si dans les jours à  venir, on assistait, dans la ruche, au lancement d’un nouveau slogan du genre «Tout sauf Dioncounda»(TSD ) ou «Tous derrière Dioncounda»(TDD). Dioncounda est t-il assis sur un fauteuil qu’il n’occupe pas ? l’honorable Dioncounda Traoré, serait « assis sur un fauteuil qu’il n’occupe pas », pour reprendre l’expression d’un fin analyste politique. Ce dernier estime en effet que le vrai pilote de l’Adema est à  Koulouba et espère que Dioncounda ne connaà®tra pas le même sort qu’Ibrahim Boubacar Keita à  la tète de ce parti de masse qui peine à  trouver un candidat providentiel depuis la sortie glorieuse d’Alpha Oumar Konaré. Le silence de ce dernier n’est d’ailleurs pas de nature à  préserver « le climat serein » au sein de la ruche. Nombreux sont les observateurs qui se posent la question de savoir quelle influence peut avoir l’ancien président sur le cours des événements de son parti dont il a affirmé qu’il ne serait jamais un « ancien militant ». En 2002, la stratégie de l’homme fort » de Koulouba d’affaiblir son propre parti, afin de préparer les conditions meilleures d’un retour triomphal du général au pouvoir avait bien marché sur toute la ligne.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut