International › Monde

Côte d’Ivoire: Une attente qui dure…

Les deux camps s’accusent de fraude alors que l’attente continue Les ivoiriens sont assez impatients de connaitre leur futur président après un scrutin maintes fois reporté depuis 2005. Hier soir, les résultats de la diaspora ont été donné à  la télévision nationale (RTI). Le candidat du RHDP est en tête avec 50% des suffrages exprimés contre 40% pour Laurent Gbagbo. Beaucoup pensaient que la CEI aurait diffusé les résultats plus rapidement que lors du premier tour. Mais celle-ci prend tout son temps au vu des nombreuses protestations de part et d’autres avant même la publication. En effet, la majorité présidentielle demande une annulation des votes dans trois régions principales du nord du pays, fief de l’opposant Ouattara. A en croire les propos de Pascal Affi N’Guessan, porte parole du président Gbagbo, des fraudes massives ont été constatées dans le nord. Ainsi, il a indiqué que le FPI a saisi la CEI afin qu’elle fasse annuler les votes dans les régions des savanes, du Denguélé et du Worodougou. Affi N’Guessan affirme que les forces nouvelles (ex-rébellion) ont intimidé les électeurs lors du scrutin du dimanche, les empêchant de voter librement. Or, dans ces zones, Ado a remporté une nette victoire à  l’issue du premier tour, environ 90% des voix. Ces accusations sont bien entendu rejetées par le RHDP qui estime que cela vise uniquement à  faire en sorte que leur candidat soit éliminé. Mme Togora Marie Chantale, représentant le RHDP au Mali, explique qu’il est hors de question pour eux de se laisser voler leur victoire. l’opposition dénonce, elle aussi, des irrégularités dans certaines zones de l’Ouest du pays. Elle explique que ses partisans ont été pris à  parti par le camp adverse ce dimanche. Tension et confusion La tension est grande et la situation très sensible actuellement dans le pays. Les religieux ont d’ailleurs lu un communiqué commun hier soir à  la RTI pour appeler les uns et les autres au calme et à  la retenu car « le pire est à  venir». Une première proclamation était attendue en milieu de journée mais la Commission électorale indépendante n’a toujours pas communiqué les résultats partiels du second tour de la présidentielle. La télévision ivoirienne qui devait diffuser ces résultats a démonté son matériel et le président de la CEI a quitté les lieux. Quant à  la conférence de presse qui était prévue, elle a été annulée et les journalistes présents ont été priés de quitter les lieux.On s’interroge bien entendu sur les raisons de cet éloignement de la presse du siège central de la CEI. Selon les responsables de la CEI, les travaux de centralisation continuent dans la grande salle du premier étage du siège de la Commission. Dans ce contexte, une délégation des observateurs de l’Union européenne a convié la presse, ce mardi matin, pour revenir sur la tenue du scrutin de dimanche. Les observateurs de l’UE ne cachent pas que le second tour s’est déroulé sous tension. Il y a eu des morts dans l’ouest, des blessés, des obstructions de vote. Mais d’après eux, dans 96% des bureaux de vote observés, le vote de dimanche s’est déroulé de manière très bonne, bonne ou acceptable.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut