Santé › Actualités Santé

Sida au Mali : 85% des malades connus ont accès au traitement

Pas d'image
C’est la révélation faite par Dr Alioune Sylla de la cellule sectorielle de lutte contre le Sida. C’était lors d’un point de presse ce matin à la maison de la presse.

96% des maliens n’ont jamais fait de dépistage Le Mali, à  l’instar du reste de la communauté internationale, célèbre aujourd’hui la Journée mondiale de lutte contre le Sida. Le lancement officiel du mois national de lutte a été repoussé au samedi prochain du fait que le Chef de l’Etat qui préside chaque année l’événement est en ce moment hors du pays. Malgré ce report, les activités seront lancées aujourd’hui partout sur le territoire national. Dr Alou Sylla, coordinateur de la cellule sectorielle a, dans son intervention, retracé l’évolution de la lutte contre le Sida au Mali avant d’indiquer que 17 000 personnes vivent avec le VIH/Sida et 85% bénéficient du traitement du Sida. Seulement 4% de la population connait son statut sérologique. Dans le cadre de la prise en charge, il existe dans notre pays plus de 292 structures offrant des services de prise en charge de la transmission mère-enfant. Malgré des tendances encourageantes, notamment le recul assez important de 25% sur les nouvelles infections du VIH dans 22 pays africains et dans le monde, il n’est pas question de baisser la garde dira Malick Sène, Secrétaire exécutif du haut conseil national de lutte contre le sida. Garder l’accent sur la prévention et la responsabilité de chacun Le thème  » accès universel à  la santé et droit de l’homme  » et les slogans  » Au Mali, l’accès à  la prévention et à  la prise en charge du Vih et du Sida, un droit et un devoir pour tous  » et  » 50 ans d’indépendance, 25 ans de réussite dans la réponse au Sida  » ont été retenus pour cette édition. Malgré de grandes avancées thérapeutiques, il n’existe encore ni vaccin, ni traitement permettant de guérir le Sida. Pour ce faire, la lutte contre cette maladie met l’accent sur la prévention, la responsabilisation, la solidarité. Ce 1er décembre 2010, selon les responsables en charge de la lutte contre cette maladie, est une date symbolique de mobilisation et d’engagement pour toutes les couches socioprofessionnelles de notre population. Malick Sène a signalé que la prévalence mondiale du VIH s’est stabilisée, mais que le Sida figure toujours parmi les principales causes de décès dans le monde et l’Afrique au Sud du Sahara paie un lourd tribut. Il a affirmé que les progrès que le Mali a accomplis dans le cadre de cette lutte pendant ces dernières années, avec la diminution du taux de prévalence de 1,7% à  1,3 %, doivent inciter les populations à  persévérer dans ce sens. A ses dires, dans 22 pays en Afrique dont le Mali, il y a eu un recul assez important de 25% des nouvelles infections. Avant de relever que le Mali est en tête du peloton parmi les quatre pays en avance dans la lutte avec plus de 85 % de malades sous ARV. Il a par ailleurs évoqué la nécessité de créer un fonds national de lutte contre le VIH/Sida. Il a relevé qu’il y avait souvent déclaré que les partenaires accusent du retard dans l’achat des ARV. Pour qu’il n’y ait pas de rupture, il a tenu à  insister sur la création dudit fonds. Quant au représentant de l’ONUSIDA au Mali, Ousmane Diouf, a présenté le rapport ONUSIDA. On peut en retenir que le nombre de nouvelle infections s’est établi à  2,6 millions en 2009 par rapport aux 3,1 million en 1999.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut