Société › Actualités Société

Affaire foncière : Quand l’honorable Gassama abuse de son pouvoir

Cette affaire était l’objet d’un point de presse animé par le médecin le samedi dernier à  la radio Kayira. Trente minutes ont suffi à  Idrissa Coulibaly pour exposer aux hommes de media le litige foncier qui l’oppose à  l’honorable Gassama. Monsieur Coulibaly a expliqué avoir acquis la parcelle n°20 lot HW sise à  l’hippodrome par acte notarié passé par devant Maitre Benaba Sogoba. Cette parcelle fut abusivement occupée par l’honorable Gassama Awa député à  l’Assemblée Nationale par l’intermédiaire d’un conseiller communal. « Cependant le jugement n° 16 du 19 01 2010 du tribunal administratif de Bamako dont l’honorable se prévalait pour occuper ma parcelle a été tranchée à  ma faveur. Malgré cette décision l’honorable Gassama continue d’occuper ma parcelle. Récemment il a emporté les matériaux de construction de mes ouvriers chez lui, et même du ciment déjà  mélangé pour poursuivre les travaux ». Malgré cette décision de justice, l’honorable député utiliserait tous les moyens pour faire fléchir le médecin. Et à  d »faut d’y arriver, il a décidé d’utiliser la manière forte. C’’est ainsi que les agents de la brigade d’investigation judiciaire débarqua chez lui le jeudi 09 décembre dernier dans son cabinet médical à  Kalanba coura. Alors qu’il était en consultation, les hommes en uniforme l’ont menotté manu militari avant de l’embarquer comme un vulgaire délinquant sous le regard ahuri de ses patients. Arrivée au commissariat, il se retrouve enfermé avec des délinquants après avoir été délesté de sa paire de chaussures. « Les agents de la brigande d’investigation judiciaire ( BIJ) sont venus m’arrêter sans mandat, ni d’audition. Ils me jettent dans leurs cellules tout en m’informant qu’ils agissaient pour le compte du député GASSAMA » déclare le plaignant. Libéré après quelques 4 heures passées dans une cellule nauséabonde, il a cru son calvaire terminé. Mais dès le lendemain, ce fut au tour de la gendarmerie du camp I de Bamako de l’interpeler le vendredi 10 dans la matinée. Après des interrogations, il fut libéré sans autre précision sur le motif de son arrestation. Ces agissements du député GASSAMA et des forces de l’ordre interpellant le médecin Idrissa Coulibaly sans mandat, constituent une atteinte à  sa liberté, sa morale et aux textes de loi. Ce n’est pas le premier fait de ce genre impliquant le député. Selon le médecin l’honorable Gassama aurait déclaré que son « titre député lui permet de le piétiner» malgré la décision de justice qu’il n’ « entend pas respecter ». Pour toutes ces raisons, Monsieur Coulibaly a déposé une plainte contre l’honorable pour abus du pouvoir. Nous avons tenté en vain de joindre l’honorable député pour avoir sa version des faits.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut