Économie › Actualités Économie

Kati : Un marché remis à neuf

La ville de Kati Située à  15 km de la capitale Bamako, Kati est la ville qui souffre justement de sa proximité avec la capitale. Le nom ‘Kati’ vient de la contraction du mot bambara ‘katéguèlèn'(têtue, intransigeant ou insoumis). Il s’agit selon le maire de la commune, Hamallah Haidara, du caractère dominant de son fondateur Bourama Koné au début des années 1800. Kati est une citée historique avec un passé assez glorieux. En 1886, les français y ont installé le deuxième régiment des tirailleurs sénégalais. Kati a une population totale de 150 000 habitants dont 42% ont moins de 15 ans. Cette commune à  une vocation agro-silvo-pastorale. l’essentiel du revenu des habitants provient du maraà®chage et de l’agriculture. C’’est l’une des plus importantes zones de production de fruits au Mali. Ses foires bihebdomadaires du jeudi et du dimanche attirent bon nombre d’acheteurs venant de tout le pays. Un marché relooké Le grand marché de Kati a 50 ans cette année et n’avait connu aucun aménagement nouveau depuis sa création. Sa vétusté et son manque d’infrastructures adéquates ont amené les autorités communales à  songer à  le rénover. Ainsi, grâce au fond issu de la vente de la société de téléphonies Sotelma dont l’Agence pour la Promotion de l’Emploi des Jeunes a bénéficié, le marché a pu être relooké. Il a coûté 159 millions de francs CFA dont neuf millions d’apports de la mairie de la localité. Il s’étant sur une superficie de 13 454 m². Les visites quotidiennes sont évaluées à  environ 1200 (vendeurs et acheteurs). Le maire Haidara précise que ce marché constitue l’une des principales ressources de la commune. l’APEJ est le maà®tre d’ouvrage de ce marché qui comprend : une boucherie, 60 boutiques, 42 hangars de 850 places, un parking de moto et de vélo, 500 mètres linéaires de caniveaux curés et réaménagés. Le directeur de l’APEJ Modibo Kadjogué s’est dit satisfait du travail effectué par ses agents, en collaboration avec les jeunes de Kati. Il faut dire que le dallage des rues du marché a été effectué avec l’aide d’une vingtaine de jeunes de Kati. Des commerçants partagés Le renouvellement du marché, s’il a été salué par un nombre de personnes, n’est cependant pas apprécié par tous. Certaines veilles dames discutaient autour de ce marché qu’elles n’ont pas du tout apprécié. Mah Koro Niakaté est âgée de 60 ans et vend dans ce marché depuis plus d’une cinquantaine d’années. C’’est sa seule occupation depuis toujours. Cette dame vendeuses de condiments au grand marché de Kati indexe les autorités communales. « Tout ce qu’ils aiment, C’’est se remplir les poches au détriment des pauvres. Ce n’est pas possible que ce petit travaille effectué ait coûté autant d’argent pour un travaille si bâclé. Les caniveaux sont mal faits, et il serait très étonnant que ces dalles dures en période d’hivernage. » Un autre, Boubacar Dao, contrairement à  la dame, se réjouit de cette initiative qu’il qualifie de salutaire. « Kati avait vraiment besoin de cette rénovation. On souffrait tellement pendant la saison des pluies. Nos hangars en paille pour la plupart, brûlaient tout le temps au moindre faux-pas, court-circuit ou autres causes. Ou bien ça tombait tout le temps. Maintenant on est plus garanti. Merci aux autorités du pays de nous épargner des pertes colossales chaque année. » Quoi qu’il en soit, le renouvellement de ce marché est un évènement parce que l’essentiel des constructions était usé. Désormais les hangars sont dotés de toits protégeant les visiteurs de la pluie et le soleil.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut