Idées › Éditos

Intégration régionale : les bons points du Mali

Le Mali représente dans l’espace Uemoa l’un des pays pivots de l’intégration sous régionale. Bamako, sa capitale, a régulièrement accueilli les sommets de chefs d’états et de gouvernement de l’Union, pour débattre des grandes questions sur le développement économique des 8. Nous sommes en 2011. Il s’agit aussi de redéfinir les modèles de gouvernance politique et qui influeront inévitablement sur la croissance économique des états. La crise ivoirienne, plus que jamais, pose cette question en tant que pays clé de la zone pour les échanges économiques. Depuis sa création en 1994, l’Uemoa entend pérenniser ses actions et influer véritablement sur la marche du continent en impulsant des politiques régionales auxquelles concourent les états membres : Intégration, économique et sociale, libre circulation des biens et des personnes et des services, harmonisation des politiques financières, des taxes douanières et commerciales. Dans cet ensemble économique et financier, la compétition est ouverte pour les pays, et la force économique des uns tire la croissance et les investissements des autres, avec des indicateurs à  la hausse, tandis qu’un ralentissement impactera négativement sur le reste des états membres. l’impact réel de la crise ivoirienne Elle a été le principal sujet de la conférence qui vient de s’achever à  Bamako. l’économie de la Côte d’Ivoire représentant environ 45% du PIB de la zone. N’eut été cette crise, précisait Soumaila Cissé, président de la commission de l‘Uemoa, les 8 enregistreraient 0,5 à  1% de croissance en plus. Le taux de croissance de l’année 2010 s’établissant à  4,3% avec une prévision de 4,5% pour 2011. La conférence des chefs d’états a donc été l’occasion d’appréhender l’impact d‘une crise dont l‘issue reste incertaine et a déjà  provoqué des exodes de population, en ralentissant le processus d‘intégration. Par ailleurs, la question sécuritaire a été évoquée et le respect des institutions de l’Union en Côte d’Ivoire comme la Bourse régionale des Valeurs Mobilières (BRVM) dont le siège se trouve à  Abidjan. Par ailleurs, des garanties ont été accordées aux opérateurs économiques pour le transit des marchandises dans l’Union. Et si ATT, le président malien, a appelé à  une sagesse de la classe politique ivoirienne, l’Union a précipité la démission de Philippe Henri Dacoury Tabley, désormais ex gouverneur de la BCEAO, une décision coup de poing, au profit d’une nouvelle nomination d’Alassane Ouattara, président plébiscité par l’Union. Mais si la Côte d’Ivoire, reste une épine dans le talon de l’Uemoa, la médiation africaine (UA-CEDEAO) n’a pas encore donné de résultats probants, et le Mali demeure un bon élève de l’Union, avec une forte volonté d’intégration. Les bons points du Mali dans l’espace Uemoa La crise ivoirienne profitera t’elle aux investissements du Mali ? Il serait prématuré de l’affirmer même si le Mali, enregistre un taux de croissance de 5,8 %, se plaçant en tête, contre 3% pour la Côte d’Ivoire et 2,8% pour le Bénin, le taux le plus bas… Bon élève. Un modèle de gouvernance politique. C’’est plutôt l’avis des experts de l’Union sur le Mali. Grâce aux programmes de développement entrepris. Dans trois ans, le pays abritera le siège du nouveau parlement de l’Uemoa, un ensemble architectural, dont le financement s’élève à  plus de 15 milliards de francs CFA. En outre, pour accélérer la libre circulation des personnes à  l’intérieur de l’espace, des conventions ont été signées pour équiper les postes frontières, notamment à  la frontière Mali-Burkina Faso, le bitumage de tronçons routiers au Mali, entre Gao et Douentza par exemple, l’aménagement de zones agricoles dans l’office du Niger et prochainement, le Visa unique, qui devrait faciliter le déplacement dans la zone. Un projet dont Rui Duarte Barros, l’un des commissaires de l’Ueoma, a rappelé l’importance, et l’harmonisation devrait voir le jour courant 2011. l’intégration monétaire constitue également un enjeu majeur dont la concrétisation future ajoutera aux chantiers de l’Uemoa. Et la personnalité de Soumaila Cissé, dont le mandat à  la tête de la Commission de l‘union, prorogé exceptionnellement à  Mars 2011, aura sans doute aidé le Mali à  obtenir ces bons points. Booster davantage l’intégration régionale, économique, monétaire et la bonne gouvernance politique, C’’est à  ça que servent les ensembles comme l‘Uemoa, en dotant les états d’une légitimité supplémentaire, au-delà  des souverainetés nationales. Et dans la géopolitique actuelle, marquée par le terrorisme et le vent des révolutions démocratiques, des crises de leadership, l’Uemoa a un véritable rôle à  jouer dans l’Afrique du 3è millénaire.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut