Idées › Éditos

Médaille du Cinquantenaire: Un cadeau piégé?

Pendant que la majorité écrasante de la population croupit dans la misère, une poignée d’individus qui bénéficient de tous les privilèges n’a rien trouvé de mieux que de venir les narguer avec une initiative farfelue et sans aucune utilité. Ils veulent, ni plus ni moins, décorer Amadou Toumani Touré, président de la République. Coût de l’opération : 300 millions de nos francs. Une somme qui pourrait en ces temps de vache maigre et de flambée des prix soulager bien des familles. La fameuse médaille du cinquantenaire sera remise au chef de l’Etat le 5 février prochain par par les opérateurs économiques emmenés par les leaders des chambres consulaires Jeamille Bittar, Bacary Togola, Babalaye etc.. Depuis l’annonce de cet événement, les maliens sont nombreux à  exprimer leur perplexité. Incompréhension puis dépit quand ce n’est pas une franche colère, histoire de se défouler un peu. Mais tous se posent et posent la même question : pourquoi ? Alors que le pays ne se suffit pas à  lui-même, que l’école est dans l’impasse, la santé sous perfusion, pourquoi ? Alors que les enfants meurent de malnutrition et les femmes de devoir marcher pour aller accoucher ? Nul ne remet en cause le mérite de l’homme que l’on entend ainsi honoré. Sous ses presque 10 ans de pouvoir, beaucoup a été fait. Mais est-ce vraiment lui rendre justice que de lui décerner cette médaille ? Depuis l’annonce de cette initiative, la presse malienne n’a cessé, quasi unanimement de tirer à  boulets rouges sur les initiateurs de ce projet. C’’est sans doute pour éclairer la lanterne des journalistes et de l’opinion qu’ils étaient devant la presse ce lundi. « Le Mali sous ATT, un exemple de la démocratie et de bonne gouvernance » dixit Bittar Ce sont les propos du président de la Chambre de Commerce et d’Industrie du Mali, par ailleurs président de l’Union Nationale des Chambres Consulaires, pour défendre le projet dont on lui attribue l’idée. Il s’agissait de recadrer les choses et rappeler le contexte dans lequel cette distinction va être remise à  son récipiendaire. Selon Jeamille Bittar, C’’est avant tout un acte de reconnaissance au président ATT pour les initiatives louables prises pendant ses mandats et qui ont permis au secteur privé malien en gestation de gagner en performance dans ses composantes commerciale, artisanale, agricole. Et Bakary Togola, président de l’Assemblée Permanente des Chambres d’Agriculture du Mali (APCAM) et Mamadou Minkoro Traoré, président de l’Assemblée Permanente des Chambres de Métiers du Mali (APCMM) de renchérir en expliquant que plus que tout autre, ATT mérite d’être reconnu pour son implication dans les avancées qu’a connu leur secteur. Ce qui n’a pas échappé aux journalistes présents, C’’est que les trois personnalités qui se sont exprimées et bien d’autres de la salle sont des « amis » reconnus d’ATT, puisque cadres du parti PDES. Ce qui fait penser que la survenance, surtout en ce moment, de cette « affaire de la médaille » est loin d’être fortuite. Une chose est sûre, nombreux sont ceux, malgré les explications des conférenciers, à  rester sur leur position et à  condamner cette initiative. l’aura d’ATT n’a guère besoin d’une médaille fut-elle en or. Au contraire. Maintenant, il y a la rumeur qui dit que cette médaille est un leurre. Un bâton lancé vers le peuple par le premier concerné qui verra la force avec laquelle il lui sera renvoyé. Histoire de voir si les esprits sont mûrs pour autre chose d’encore plus lourd…Ne me demandez pas quoi. Mais n’allons pas trop vite ne besogne. Samedi 5 février au stade Modibo Kéita, l’intéressé, s’il vient recevoir sa distinction, nous dira à  tous, à  haute et intelligible voix, ce qu’il en pense.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut