Personnalités › Jeunes talents

Phil Darwin, les couleurs de l’Afrique sur scène

Encore inconnu il y a quelques années, le jeune comédien est sans contexte l’une des étoiles montantes du « stand up » français. Originaire du Congo-Brazzaville, Phillipe Darwin Nonga, allias Phil Darwin s’est révélé depuis 2007 comme l’un des leaders incontestés de ce mouvement né aux Etats-Unis. A la fin d’un spectacle d’une heure quinze minutes, il a accepté de répondre à  quelques questions. Journaldumali.com: Du début à  la fin du spectacle, C’’est un vrai tour de l’Afrique que vous nous faites faire et particulièrement au Maghreb. Phil Darwin : Oui, J’ai eu la chance de pas mal voyager et notamment au Maghreb, parce que mon père était en poste là -bas. Et je n’ai jamais autant ri de ma vie que pendant mon séjour et J’ai simplement voulu le partager avec le public. Je parle de mon vécu, sur leurs coutumes et leurs habitudes, leur façon de parler, de réagir, de vivre tout simplement. Journaldumali.com : Vous qui avez donc vécu au Maghreb, que pensez-vous de ce qui s’y passe en ce moment ? Phil Darwin: à‡a devait arriver. C’’était juste une question de temps. On ne peut rien contre le peuple. On peut emprisonner 200, 300 personnes mais ils ne vont pas construire de prison pour les 10 millions de tunisiens ou 80 millions d’égyptiens ! A un moment quand le peuple ne veut plus, C’’est fini. Et ça va continuer. Parce que le peuple est le plus fort et quand le peuple veut vraiment être libre, on ne peut pas l’arrêter. La preuve, C’’est que ça va continuer. Journaldumali.com: Vous faites partie de la nouvelle génération de comédiens qui tiennent le pavé en ce moment en France. Quelle est la spécificité de vos spectacles ? Phil Darwin : Moi, J’ai un parcours différent. La plupart de mes camarades sont nés en France, ont grandi en France. Moi, C’’est différent. Je suis né au Congo, je suis arrivé en France à  l’âge de 4 ans, J’y suis resté quelques années, ensuite J’ai suivi mon père en Algérie (son père est diplomate, ndlr), après on est reparti au Congo… Voilà , J’ai beaucoup voyagé. C’’est peut-être pour ça que ce que J’écris est différent et, peut-être aussi, plus africain que d’autres. Journaldumali.com : Aujourd’hui, vous êtes un modèle pour de nombreux jeunes africains. Ici, au Mali, ils sont quelques-uns à  s’être lancés sur la même voie que vous. Quel message, quels conseils auriez-vous à  leur prodiguer ? Phil Darwin : Ce qui se passe C’’est que notre métier n’est pas considéré. Moi, J’ai eu le même problème. à‡a doit se régler au plus haut niveau, au niveau du Ministère de la Culture qui doit donner ses lettres de noblesse à  notre art en lui accordant une place de choix. La situation est semblable partout et je crois aussi que C’’est parce qu’on manque en Afrique de comédiens référents. Moi je me suis battu tout seul, je me suis accroché et J’ai fini par y arriver. J’espère que mes jeunes frères vont aussi se battre pour notre beau métier, celui de faire les gens, et si je peux leur servir d’exemple, C’’est un grand plaisir pour moi. Je voudrais juste pour finir, remercier le Blonba qui m’a donné l’opportunité de me produire pour la première fois au Mali. à‡a a été une très belle expérience avec le public qui était venu pour s’amuser et avec qui J’ai passé un très bon moment. Et comme je parle déjà  trois mots de bambara, je vais demander la nationalité et rester ici… Noter qu’en première partie du spectacle de Phil Darwin, le Blonba a présenté un court extrait de sa dernière création. Il s’agit d’une série de court-métrages humoristiques qui seront diffusés sur internet à  partir de mars prochain et qui fait vivre de l’intérieur les préparatifs pour les prochaines présidentielles de 2012 au sein du parti, Faso Naloma Ton. Tout un programme !

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut