Culture › Arts Plastiques

Ginna Dogon : La 3ème édition a vécu

Tous les dogons se sont retrouvés pendant quelques jours pour se ressourcer et vivre des moments de partage avec les festivaliers étrangers. Quand on sait qu’il existe plus d’une soixantaine de dialectes dogons, on peut imaginer le foisonnement de richesses culturelles auquel ont eu droit ceux qui ont fait le déplacement. Cette troisième édition était placée sous la présidence du président de la république Amadou Toumani Touré. Le chef de l’Etat a d’ailleurs été élevé au rang de Hogon dans le village de Hamma situé à  25 km de Bandiagara. Le nouvel Hogon Amadou Toumani Touré a reçu deux tracteurs en guise de cadeau de la part du président directeur général de Toguna Industrie, Seydou Nantoumé. Réservé aux initiés ! Les falaises de Bandiagara ont vibrés au rythme des chants, danses, défilés de costumes traditionnels, les parades de masques, des courses de chevaux et conférences-débats entre autres… Mais la grande particularité de ce festival se trouve dans la tenue d’une manifestation rituelle. Il s’agit d’une cérémonie spéciale dont les tam-tams et les danse ne peuvent être exécutés que par ceux qui sont initiés aux rites et traditions dogon. Le festival international Ginna Dogon C’’est également l’occasion de mettre en lumière le riche artisanat dogon. Les participants ont également pu y voir les lutteurs de la région qui étaient en compétition durant trois jours. A côté de cela, des conférences-débats animés d’imminents historiens tels Bakary Kamian ont permis d’éclairer le public sur la genèse de ce peuple qui vit dans les falaises. Notons que la Bandiagara possède une prestigieuse tradition sociale encore très présente. Elle se traduit par des cérémonies rituelles de dons aux ancêtres, à  travers des sacrifices aux différents masques dogons. Rappelons que les dogon sont connus pour leur cosmogonie complexe et leur style de vie austère et dépouillé. Grands agriculteurs, ils vivent essentiellement aux pieds des falaises Bandiagara. Le pays dogon est situé au centre du Mali, dans la cinquième région administrative du pays, Mopti. C’’est l’un des sites les plus visités de la sous-région. La fondation Orange Mali qui a accompagné le festival en a profité pour faire des dons. l’administratrice générale de la fondation, Mme Diawara Aminata Kamian a remis au ministre de la culture 2000 cahiers et 500 moustiquaires. Ce dernier les a ensuite remis au représentant de 8 villages et 4 écoles de la région de Mopti. Cette action, selon Mme Diawara, s’inscrit dans le cadre de l’aide au développement et la réduction contre la pauvreté.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut