Économie › Actualités Économie

1ère édition de la Journée des Banques au Mali

l’Association des professionnels des banques et établissement financiers (Apbef) a organisé le 5 mars 2011 au Centre International de conférences de Bamako, la première édition de la Journée des banques et établissements financiers. l’objectif était, entre autres, de démystifier les banques et de rendre l’information bancaire accessible à  tous. Par l’organisation de cette journée, l’Apbef entendait communiquer en profondeur sur l’environnement malien de l’activité bancaire. La journée a démarré par la visite des stands. Histoire, pour les banques, de s’exposer au public pour expliquer leur intervention (comment ouvrir un compte et comment bénéficier des crédits, entre autres.) Ces stands representaient toutes les banques et établissements financiers du Mali au nombre desquelles, la Bdm, la Bim, la Bnda, la Bicim, la Bcs, la Bhm, la Banque atlantique, la Bms, Ecobank, la Brs, la BOA… Si, par le passé, les banques et les établissements financiers étaient considérés comme un mythe, accessible aux seuls travailleurs du secteur, avec l’organisation de cette première journée dédiée aux banquiers, on peut dire qu’ils se sont ouverts au public. Le premier acte de cette pièce était le séminaire tenu en 2010 à  Ségou entre l’Apbef et la presse. La journée a donc permis aux banques et établissements de se retrouver et de rencontrer leurs clients, pour créer un cadre d’échanges entre banquiers et populations, encourager et promouvoir la bancarisation et démontrer l’importance des banques et établissements financiers dans le développement économique de notre pays. Financement des PME au Mali Après la visite des stands, place à  une série de communications sur des thèmes liés au financement des petites et moyennes entreprises et à  la bancarisation des populations, suivie d’une présentation du GIM Uemoa. En présentant la communication sur « La problématique du financement des entreprises par le secteur bancaire au Mali : cas des petites et moyennes entreprises», le Président de l’Apbef, Moussa Alassane Diallo a indiqué que les contraintes et les opportunités qui y sont associées, , d’une part en fonction de l’évolution de l’environnement institutionnel et juridique des dernières années, et, d’autre part, en fonction des mutations économiques, financières, commerciales et technologiques en cours, et auxquelles le monde des affaires se trouve de plus en plus confronté. Aux dires du Président Directeur Général de la Bnda, l’amélioration de l’accès au financement des entreprises, en particulier les petites et moyennes entreprises, constitue aujourd’hui une préoccupation, tant au Mali que dans les autres pays de l’Uemoa. Partenariat banques-Entreprises Pour lui, les établissements de crédit entretiennent des relations diverses et variées avec les entreprises. «A ce titre, les entreprises, en tant que structures de production de biens et de services, ne sauraient trouver meilleur partenaire que les banques et établissements financiers dans le déroulement de leur cycle de production». Selon lui, cette relation privilégiée entre le système bancaire et les entreprises est au C’œur de toutes les stratégies visant à  développer un tissu économique durable et compétitif. Malgré tout, des incompréhensions demeurent entre les deux acteurs majeurs de notre économie. D’un côté, les entreprises se plaignent du difficile accès aux ressources de financement bancaire, de la complexité des procédures bancaires, des longs délais de réponse, du volume important de documents à  fournir (états financiers, rapport d’activité prévisions financières), du taux d’intérêt élevé, des garanties difficiles à  fournir et des apports personnels hors de proportion. De l’autre côté, les banques se plaignent des mauvais montages financiers et techniques des projets, de l’incohérence des états lorsqu’ils sont disponibles, l’ insuffisance des études de marché et de leur crédibilité, la faible capacité de gestion et managériale et insuffisance de l’apport personnel, entre autres. Cependant, le Président de l’Apbef s’est déclaré convaincu que le financement des petites et moyennes entreprises constitue un véritable facteur de développement économique et social de nos pays. «Il est une condition nécessaire, mais pas suffisante». Cette première édition de la Journée des banques a enregistré la présence du ministre de l’Economie et des Finances, de son homologue de la Communication et des Nouvelles Technologies, des Présidents Directeurs Généraux des banques membres de l’Apbef, et de nombreux opérateurs économiques.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut