Société › Environnement

Mines de Faléa: Sauvegarder l’environnement

S’effectuant sur une superficie de 150 km2, les recherches minières de Faléa concernent l’uranium. Le permis de recherche dans ladite zone a été attribué à  la société « Delta Exploration INC » avec la société « Rockgate capital corps » par le Ministère des Mines depuis Février 2007. Au stade actuel de la recherche de l’uranium à  Faléa, les travaux sont axés sur les sondages et ont coûté un investissement de plus de 5 milliards de FCFA. l’exploitation future des indices d’uranium sera faite selon les dispositions réglementaires du code minier qui prévoient une étude environnementale et sociale. Pour le moment, les travaux en cours ne sont pas de nature à  générer de préjudices sur la santé de la population. Conduite par un groupe d’experts environnementalistes de renommée internationale et selon les procédures de la consultation des populations locales et des parties prenantes, l’étude prendra en charge les aspects comme l’analyse de l’état initial des milieux biophysique et humain de l’ensemble de la zone d’influence du projet, l’identification et le confinement des sources rayonnantes, des mesures de prévention des dangers et des risques, des enquêtes épidémiologiques de référence… Il faut signaler que la préservation de l’environnement est une donnée fondamentale de la recherche et de l’exploitation minières au Mali. Le volet environnemental de l’exploitation des richesses minières trouve son fondement dans les dispositions légales prévues dans le code minier. Ainsi, le Gouvernement a rassuré quant à  l’aspect environnemental qui préoccupe, à  juste titre, les populations. Ce projet, faut-il le rappeler, s’inscrit dans le cadre de la valorisation de l’uranium. Cette activité peut aider, quand elle est bien menée, audéveloppement des communautés locales. Ainsi, les plus hautes autorités ambitionnent de faire de l’exploitation minière au Mali, une opportunité réelle de développement et un levier de croissance pour les autres secteurs. Notons que C’’est vers la fin des années 1970 que la société française COGEMA (Compagnie générale des matières nucléaires) a découvert à  Falea les premiers indices d’uranium. Les travaux de forage exécutés en collaboration avec les spécialistes de la Direction nationale des géologies et des mines (Dngm) ont permis de découvrir le potentiel uranifère de cette zone avec des réserves estimées à  environ 5 000 tonnes.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut