Idées › Éditos

On est fatigués!

Comme tout le monde, au début de décembre, nous avions assuré : «mais non, Gbagbo va partir, il ne tiendra pas… ». Pour finalement nous rendre à  l’évidence que le « garçon » n’avait nullement l’intention de se laisser jeter hors de son palais si longtemps désiré. Pardon, quand je dis garçon, C’’est pas pour l’insulter, C’’est pour dire que vraiment « il en a ! »(excusez le langage, je voyais pas comment dire ça autrement). Parce que pour tenir ainsi tête au monde entier, rouler dans la farine l’ONU, l’UA et tout le bataclan, il faut avoir la tête sur les épaules et les pieds bien enfouis. Enfin, moi, je pense que C’’est plutôt la tête de sa femme qu’il a sur les épaules, mais ceci n’engage que moi ! Donc, Gbagbo est garçon. Nous sommes tous d’accord avec le fait qu’il ne se laisse pas distraire par tous ces impérialistes qui veulent nous priver du droit de choisir nos dictateurs en toute liberté et tranquillité. Il en a eu pour son compte, Sarkozy qui lui avait donné 48h pour dégager. Frustré, il est en train de faire passer sa colère sur Kadhafi. A l’ONU, ils sont en passe d’avoir la voix enrouée, à  force de crier. Mais, mes chers amis, vous criez et vous ne faites rien. Ouattara est caché dans son hôtel, vous dans vos gratte-ciel à  New York et vous pensez que vous allez faire changer quelque chose à  coup de résolution et de sanctions. Parlons de ces sanctions, on se demande maintenant à  qui elle profite et qui elles sanctionnent réellement. Mes sœurs de Treichville qui n’ont plus les moyens d’acheter à  manger ou Pascal Afi Nguessa dont je parie que le frigo ne désemplit pas ? Soyons sérieux. On a dit que la Côte d’Ivoire a deux présidents. Pour le moment, nous on ne voir que deux égoà¯stes. Aucun de ces deux bonhommes ne veut le bien du petit peuple. Comme dans tous les conflits, ce dernier sert de chair à  canon. Les ivoiriens, qui y voient encore moins que d’habitude, sont aujourd’hui divisés entre le besoin de paix et le désir légitime de montrer qu’ils sont un peuple souverain. Mais la souveraineté vraie serait de décider de se débarrasser des deux « zozos » (pardon !) qui sont à  la base de leur problème. Et puis, on dit que Gbagbo est garçon. Mais Ouattara là -même il dit quoi ? Il se cache dans un char pour sortir, il fait de grandes déclarations sur sa télé privée tout aussi propagandiste que la RTI. s’il est garçon lui aussi, il n’a qu’à  sortir et manifester avec les jeunes, marcher sur le Palais et prendre le pouvoir !!! D’ailleurs, il a intérêt à  se chercher parce qu’on dirait bien que ses « amis » de l’UA sont en train de lui faire des enfants dans le dos à  coup de « deux semaines pour trouver une solution définitive à  la crise » ! Parce que pendant ce temps, celui qui dirige réellement le pays s’appelle Laurent Koudou Gbagbo ! Sinon…ce n’est pas demain la veille de la fin de la crise, puisque ni Gbagbo ni Ouattara ne veut lâcher « son » fauteuil ! Et si, au lieu de se faire bêtement tué au nom d’intérêt dont ils ignorent tout, au lieu de s’enrôler dans l’armée pour en découdre avec leurs propres frères, les ivoiriens donnaient l’exemple du peuple intelligent. En ouvrant la voie à  autre chose qu’à  cette guerre civile que tout le monde leur prédit. Ils pourraient par exemple dire aux deux présidents, oui, oui, à  tous les deux, « Messieurs, merci, C’’est assez. On vous dit comme à  Moubarak ou ben Ali : Dégagez, on est fatigués ! »

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut