Idées › Éditos

Edito : Une Malienne Premier Ministre

A l’annonce de sa nomination, au journal de 20h dimanche soir, certains sont restés sans voix et surtout, l’on s’est tous demandé quel visage se cachait derrière le nom de Mme Cissé Mariam Kaidama Sidibé, nouveau premier ministre du Mali et grande inconnue du public. D’autant que le bruit courrait depuis quelques jours, qu’ATT cherchait une femme, et voulait faire ce cadeau à  la gent féminine. Une autre pirouette du Général à  ses pairs, un autre coup de bluff ! Reste que le présentateur du JT a distillé la nouvelle sans grand éclat, presque blasé et se contentant de lire platement le décret de nomination… Certains, face à  la nomination de Mme Sidibé, vont jusqu’à  la dire qu’elle «Â usée », «Â sans relief » et qu’elle aspirerait au repos. Pourquoi a-t-elle donc accepté le poste ? Sensible s’il en est. Va-t-elle se contenter d’appliquer les décisions ou gagner en relief au fil de l’exercice, puisqu’elle en manquerait. Est-ce parce qu’elle est une femme, que les autres n’auront rien à  craindre d’elle ? Une femme à  la primature oui, mais une femme avant tout. Comme toujours, dans ce genre de nomination, il faut se garder d’applaudir trop vite, de croire à  une promotion de la gent féminine. Celui qui l’a nommé à  ce poste connaà®t ses motivations, et celle qui a accepté, connaà®t tous les risques de la fonction … Autre argument à  sa nomination, développé par nos confrères : Elle est du Nord. Comme ATT. Est-ce la seul raison qui aurait poussé notre cher président à  la choisir quant le pays compte des personnalités féminines plus marquées que Mariam Kaidama Sidibé. Quant Mme Diakité Fatoumata Ndiaye, secrétaire Général du Gouvernement, aurait refusé le poste ou quant Feu Mbam Diatigui Diarra, aurait fait un très bon PM, juge une consœur, si le Bon Dieu ne l’avait pas emporté. Si la dame a une riche carrière internationale, et quelques passages gouvernementaux, être nommée Premier Ministre peut sonner comme une belle fin de carrière et coiffer ce CV kilométrique qu‘est le sien. Mais ATT l’aura-t-il nommée pour les bonnes raisons, et parce qu’elle aurait de l’envergure, et des compétences pour conduire la politique compliquée du Mali. Mais on estime aussi qu’elle aura une certaine neutralité politique qui ne gênera pas les partis en lice pour 2012. Dans d’autres pays, les femmes battent campagnes, deviennent présidentes, gagnent en symboles, et au Mali, Mariam Kaidama Cissé pourra se targuer d’avoir été la première femme nommée à  ce poste difficile.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut