Idées › Éditos

Nomination de Mariam Kaidama Cissé à la primature : les Maliens réagissent

Alassane Diallo, comptable : Une femme à  la primature. Je pense que c’est pour que le code de famille, et d’autres textes en faveur de la femme, passent comme une lettre à  la poste. C’est dire que les maliens ne vont rien laisser passer à  la gouvernance de cette dame au parcours timoré. Aboubacar Berthé, journaliste à  « le Canard déchainé »: Je pense que cette dame est une véritable marionnette sur laquelle ATT veut se faire un nom aux yeux de l’opinion internationale. C’est un piège! Mariam Konta, membre du bureau des femmes exploitants de sables : Je pense que le choix de ATT est juste. Il prouve que le combat de la parité est pertinent aux yeux des plus hautes autorités. Il appartient à  nous femme de saisir cette marque de confiance pour nous affirmer davantage. L’heure a plus que jamais sonné pour que la femme vienne aux commandes. Bintou Sy, fonctionnaire : Cette dame incarne le leadership féminin. Son passage à  la tête de certains départements lui augure de belles perspectives. A travers elle, les femmes sauront s’affirmer davantage. Elle a tout notre soutien. Sibiri traoré, chauffeur à  la retraite : Une femme premier ministre, c’est la première fois que cela arrive dans notre pays. Si par le passé, aucun dirigeant n’a donné un si haut poste de responsabilité à  la femme, c’est bien parce qu’il y’a des gardes-fous sociaux qui existent. ATT est entrain d’ignorer nos traditions qui veulent que la femme soit le complément de l’homme. La femme ne doit pas prendre le devant. Ousmane Mallé, ancien conseiller au Ministère de la promotion de la femme : Le choix du président est à  saluer. Cela pour plusieurs raisons. Le Mali a ratifié plusieurs conventions internationales qui défendent la parité entre hommes- femmes. Certes, c’est une manière pour ATT de se faire une renommée et de sortir par la grande porte, mais c’est surtout pour montrer aux femmes qu’elles sont capables. Comme quoi, il est temps pour les femmes d’émerger. Boulan Touré, Secrétaire général de la Jeunesse Cnid en Commune V : Ce n’est pas comme ça que les femmes pourront émerger. Elles doivent d’abord accepter de s’engager à  la base à  travers les partis politiques. Et c’est de là  qu’elles graviront les échelons en s’affirmant de plus en plus avec beaucoup de mérite et de respect.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut