Idées › Éditos

Exit Gbagbo ! Welcome ADO ?

Des cris de joie dans Abidjan ! Un ouf de soulagement. Les Ivoiriens, avec la chute de Laurent Gbagbo entra-perçoivent désormais une lueur dans ce long tunnel noir qu’est devenue la Côte d’Ivoire, en dix ans de crise politique, émaillé d’affrontements, de morts et d’instabilité politique. Triste fin de règne pour un Homme, qui en dix ans de pouvoir, n’a rien pu faire pour son pays. Opposant historique à  Feu Félix Houphouet Boigny, Laurent Gbagbo se croyait investi d’une mission, lorsqu’il usurpa le pouvoir, en 2000, et résista de longues années, à  le conserver. Et lorsqu’enfin il se décida à  aller à  ces élections, maintes fois repoussées, celui qui prêchait la démocratie, la souveraineté de la Côte d’Ivoire, se transforma en despote mal éclairé et voulut coûte que coûte garder son fauteuil doré. Au détriment du peuple. La ruse est belle, mais toute ruse a une fin. Le verdict des urnes, fut alors refoulé, sauvagement, par des partisans sans honte qui invalidèrent un scrutin, largement suivi par la Communauté Internationale. Mais la chute de Laurent Gbagbo est d’une tristesse inavouable, tant il aurait lui même pu la prévoir. Lui et son épouse Simone, mauvaise conseillère certes, instigatrice des malheurs de son Homme. L’image est pathétique d’une femme à  terre, hagarde, surprise, apeurée, tant elle se croyait intouchable. Si le pouvoir aveugle les Hommes, il aura rendu malade le couple Gbagbo, qui laisse derrière lui des milliers de cadavres, un pays déchiré, divisé, une économie ruinée, un peuple meurtri par ses pertes. Réconciliation Nationale ? Voilà  le message lancé par Alassane Ouattara, désormais seul président légitime de la Côte d’Ivoire, mais avant toute réconiliation, il faut panser les blessures, faire le travail de mémoire, guérir les plaies. Alassane Ouattara qui court derrière ce pouvoir depuis des années, saura t-il gouverner avec sagesse ? Saura t-il réunir ce peuple brisé par des concepts sauvages tels que l’Ivoirité, rassembler le Nord et le Sud, ramener les étrangers travailleurs de Côte d’Ivoire. Pourra t-il redresser la barre d’une économie, larvée par la crise politique ? Le défi est immense pour la Côte d’Ivoire, pays prospère dans les années 90 et qu’Houphouet Boigny laissa aux mains de dirigeants immatures et assoiffés de pouvoir. Dix ans auront suffi à  détruite cet eldorado économique et financier, que les investisseurs ont fini par bouder. Mais les ressources sont là . L’espoir est-il cependant permis ?

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut