Santé › Actualités Santé

Groupe Pivot Santé et Population : la paralysie !

Le scandale du fonds mondial au Mali continue de faire des malheureux. Certaines sources proche du Ministère de la Santé, affirment qu’il affectera la pyramide socio-sanitaire du pays, et se soldera par la fermeture de nombreuses structures. Au nombre de celles-ci, le Groupe Pivot Santé Population (GP/SP). Ici, le quotidien des travailleurs est partagé entre stress et inquiétudes. Si certains se soucient de la survie de la structure, d’autres ont peur pour leurs salaires. Toute chose qui fait qu’aujourd’hui, la structure n’arrive plus à  faire face à  ses objectifs. A savoir, impulser le leadership des ONG et associations dans le domaine de la santé et de la population aux niveaux international, sous-régional, national et local, promouvoir un partenariat institutionnel et opérationnel fécond entre les ONG et associations intervenant dans le domaine de la santé et de la population et les institutions, organismes et structures impliqués dans le domaine aux niveaux international, sous-régional, national et local. C’est la pérennisation organisationnelle du GP-SP qui est mise à  rude épreuve. Le groupe Pivot et Santé en difficulté Crée en janvier 1992, le GP/SP est la coordination des ONG qui interviennent dans la santé au Mali. Au moment de sa création, seulement 5 ONG nationales intervenaient dans le domaine de la santé. En 2006, le GP/SP comptait plus de 166 ONG membres. Organisation faà®tière, il a largement contribué au renforcement et à  la professionnalisation des ONG et associations intervenant dans le domaine de la santé et de la population. Cette capitalisation a réussi à  influencer bien des politiques et, du coup, le développement durable. A travers ses différentes interventions, le Groupe Pivot Santé Population couvrait toute l’étendue du territoire national. Avec la touche d’un personnel technique compétent, il a capitalisé une forte expérience dans la passation et la gestion des contrats avec les organisations de la société civile. Selon une source œuvrant dans la structure, le GP-SP arrive difficilement à  renforcer les compétences et capacités des ONG et associations à  assurer leur pérennité organisationnelle et la pérennité de leurs interventions dans le domaine de la santé et de la population. Au point que même les stratégies et mécanismes de mobilisation des ressources externes, internes et propres pour le financement d’actions et activités socio-sanitaires. Que faire ? Assurément, le Mali n’a aucun intérêt à  voir cette structure mourir, vu la pertinence de sa mission. En effet, depuis 1994, le Groupe Pivot a largement travaillé sur la réduction de la transmission des IST/VIH/SIDA et l’augmentation du taux de prévalence contraceptive au Mali. Le groupe a également travaillé sur le changement de comportement dans les domaines de la maternité sans risque, de la Planification Familiale, de la Prise en Charge Intégrée des Maladies de l’Enfant. Et depuis 2001 la structure assure également le secrétariat du Programme Concerté santé Mali (PCSM). Ce Programme est l’aboutissement des travaux menés en 1998 et 1999 par les Organisations de Solidarité Internationale (OSI) et les collectivités territoriales françaises en concertation avec leurs partenaires maliens dans le cadre de la santé. Si la structure venait à  perdurer dans la paralysie qu’elle vit en ces moments, force est de signaler que le Programme décennal de la santé (PRODESS) dont le terme est fixé à  2013, prendra un sérieux coup.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut