Société › Éducation

Université: ça reprend!

Après des semaines d’incertitude, l’année universitaire 2010-2011 devrait bientôt commencer. Le Syndicat national de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique (SNESUP) a en effet décidé de suspendre son mot d’ordre de grève illimitée. Un accord a été signé lundi entre le gouvernement et le syndicat. C’’est donc un gros ouf de soulagement pour les étudiants et leur parents qui voient filer les mois sans savoir s’ils pourront valider ou non l’année. Il est vrai que cette grève est la deuxième à  avoir chamboulé le programme universitaire.l’an dernier après plus de quatre mois de grève, les enseignants avaient enfin accepté de reprendre les cours. Quelques leçons ont été dispensées à  la va-vite et des examens organisés dans la précipitation pour éviter une année blanche (surtout pas celle du cinquantenaire !). Après avoir proprement noyé le poisson, les autorités s’étaient réjouies, trop vite !, de la tenue des évaluations et avaient « lâché l’affaire ». Autrement, comment interpréter autrement la phrase du ministre de l’enseignement supérieure qui se dit, quelques 8 semaines plus tard, que cette « histoire ne soit pas finie » et que les enfants soient encore là . Les revendications furent satisfaites dans la foulée et les résultats des examens (avec un taux d’échec élevé) ont été livrés. Qu’est ce qui a changé ? On aurait en effet bien raison de se demander ce qui a changé pour qu’on arrive à  la levée du mot d’ordre de grève du SNESUP et surtout ce qui nous met à  l’abri d’une nouvelle levée de bouclier des enseignants qui ont décidé d’arriver à  leurs fins, dusse-t-il en couter des années perdues à  leurs étudiants. Le document signé, du côté gouvernement par Abdoul Wahab Berthé, son homologue de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Mme Siby Ginette Bellegarde, et le ministre délégué auprès du ministre de l’à‰conomie et des Finances, chargé du budget, Sambou Wagué, et côté SNESUP par son secrétaire général, Abdou Mallé permet de garder espoir. Il a été convenu, à  l’issue des discussions, la relecture totale des lois portant statuts du personnel enseignant de l’enseignement supérieur et des chercheurs et la mise en place de la nouvelle hiérarchie (assistant, maà®tre de conférence, professeur). Les travaux ont même déjà  commencé depuis le jeudi dernier. Sur la détaxation des primes, le gouvernement s’engage, en attendant la relecture des ordonnances, à  maintenir le niveau nominal des primes et à  procéder au remboursement des taxes déjà  prélevées dans un délai de trois mois à  compter de la date de signature du présent protocole. Pour ce qui est des omissions, le gouvernement s’est engagé à  traiter ces cas au titre de la compensation financière à  partir d’une liste que lui fera parvenir le SNESUP. Pour l’intégration à  la fonction publique des contractuels pris en charge par les budgets autonomes des structures de l’enseignement supérieur et de la recherche, la partie gouvernementale s’engage, conformément au protocole d’accord du 17 août 2010, à  organiser un concours pour ceux qui rempliraient les critères. Ce test devra avoir lieu avant la fin du mois de juillet 2011. La partie syndicale a promis de fournir la liste des agents concernés en vue de l’organisation technique du concours. Le gouvernement a précisé que les dossiers de candidatures seront contrôlés par les services techniques compétents. La grève est donc finie. Pourvu que ça dure, pour que l’école malienne et en particulier, son université qui avait acquis une réputation dans le passé qui dépassait nos frontières puissent à  nouveau produire des cadres bien formés et de valeur. Il est temps de sortir de l’abime dans lequel nos frères, sœurs, enfants, l’avenir de ce pays, plongent depuis maintenant des années.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut