Idées › Éditos

Seydoublein, notre champion à nous…

La star du FC Barcelone vole haut sur un nuage, et avec les milliers de Maliens qui se sont massés devant leurs écrans de télé, pour suivre la finale de la Ligue des Champions, ce week-end, entre le FC Barcelone et Manchester United ! Score final, 3-1 pour les toréadors espagnols, agiles sur le terrain, efficaces contres des anglais englués dans la bérésina. Waterloo sur la pelouse, parmi ces ibères en forme, notre chouchou national. Notre seydoublein chéri, un aigle qui brille à  l’extérieur. Et qu’en avons nous à  faire, si Giresse, le sélectionneur local, l’a sollicité ou pas pour le match Mali Zimbabwe… De toute façon, notre Seydoublein a bien trop à  savourer pour s’en offusquer. En 2009, il a tout raflé (Championnat, Ligue des champions, Coupe d’Espagne, Supercoupe d’Europe et Mondial des clubs). Et cette année, il vient de remporter à  nouveau avec ses coéquipiers, la Ligue des Champions. Et même si notre beau Maninka ne s’est pas trop frotté au terrain, son palmarès brille pour ses supporters mondiaux qui exultent… Exit les Drogba, les Eto’o and Cie. Seul compte le doux parfum de la victoire. Et nul n’est prophète dans son pays… Et puis, Seydoublein n’oublie pas son Mali natal, sa terre d’origine, pour autant et qui le voit revenir de temps à  autre. En compagnie de Madame et des enfants. Ah Zoubida, elle se prépare pour des noces grandioses, dit-on, à  Monaco. Voilà  qui devrait ravir une seconde fois notre cher International… Mais quand même, pourquoi faut-il que nos gars, pour qu’on puisse les admirer et respecter, doivent passer par la case Extérieur et s’illustrer aux yeux du monde. Les exemples sont nombreux, on a d’abord de la considération pour les fils du pays qui font briller le Mali à  l’extérieur, comme Malamine Koné, comme Salif Keita, comme Oumou Sangaré, comme Kanouté et j’en passe ! Le pays est-il devenu si dur à  vivre, si pénible pour la survie quotidienne qu’on cherche tous un peu de rêve chez les victoires des autres ! Et ce week-end, Seydoublein et ses coéquipiers du Barça nous auront fait rêver. Pendant 1h30, on a sauté, tremblé, vibré aux couleurs du FC Barça. Et oublié un peu notre quotidien. C’est aussi ça la magie du football. Vivement la CAN 2012…

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut