Société › Actualités Société

Session 2011 de la Cour d’Assises : 6 cas de pédophilie jugés

Ces crimes portent, entre autres, sur des cas de pédophilie, viols, vols qualifiés, coups mortels, enlèvements, infanticide, parricide, incendie volontaire et faux et usage de faux. Au rôle de cette session qui dure un mois, sont inscrits 62 dossiers concernant 156 accusés pour la plupart détenus. Parmi les accusés, figurent 18 femmes. On y enregistre 6 cas de pédophilie ; 6 d’association de malfaiteurs ; 13 de vols qualifiés ; 5 de coups mortels ; 2 d’enlèvement d’enfants ; 6 de viol : 3 de faux et usage de faux ; 1 d’homicide volontaire ; 5 d’atteintes aux biens publics, 4 d’infanticide ; 1 de parricide ; 3 d’assassinat ; 1 de trafic de drogue ; 3 de meurtre ; 1 d’abandon d’incapable et 2 d’incendie volontaire. Selon le procureur général de la Cour d’appel de Bamako, Souleymane Coulibaly, « ces chiffres exigent qu’une plus grande attention soit accordée à  ces phénomènes criminels fortement préjudiciables à  l’équilibre et au développement de notre société ». Il a ainsi vivement souhaité que les coupables soient condamnés à  la mesure de leur forfait et que les innocents retrouvent leur liberté et leur dignité, mais aussi que les parties civiles obtiennent réparation des préjudices subis. Une justice en perte de vitesse Dans le cadre du renouveau de la justice, le Gouvernement malien entend assurer à  chaque personne vivant sur le territoire national, un procès équitable qui assure à  chacun la reconnaissance et la défense de ses droits. « Nous devons faire de notre mieux pour améliorer et redorer l’image de notre justice », a souligné le bâtonnier de l’Ordre des avocats. L’une propositions faites par le batônnier Issaka Traoré, c’est la relecture des textes, qui dit-il, permettra de corriger les lacunes de notre justice. Toutefois, faut-il le rappeller, la session qui se déroule actuellement présage de beaucoup d’espoir en ce sens qu’elle contient un nombre insignifiant d’infractions relatives aux stupéfiants.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut