Culture › Cinéma, Théâtre & Livres

Festival Orange : Du cinéma plein les yeux ce week-end !

l’objectif, explique M. Antoine de Clerk, directeur marketing d’Orange, est de contribuer à  redynamiser la diffusion du cinéma auprès du public africain. «Â Le Festival du cinéma Orange est né du double constat de l’attrait constant pour l’image et le cinéma par les populations, ajoute-t-il, mais aussi de grosses difficultés de diffusion en salle que connait le cinéma en Afrique depuis plusieurs années ». Pour cette édition 2011, six pays seront évoqués par le festival. Il s’agit notamment du Niger, le Sénégal, la Guinée Bissau, la Guinée Conakry, la Côte d’Ivoire et le Mali. l’évènement prévoit, dans notre pays, de nombreuses projections en plein air sur écran de films africains et internationaux, pour le plus bonheur des populations des villes et des campagnes. A Bamako, les projections se feront aussi dans des salles comme le ciné Babemba, l’espace Culturel Blonba, et l’Institut français, ancien CCF. Des films d’actualité Au Mali, le programme de projections est riche et varié. Il portera sur des films d’actualité comme «Â Un homme qui crie » du réalisateur tchadien Mahamat Saleh Haroun, primé l’année dernière au Festival de cannes à  travers le prestigieux «Â Prix du jury ». Le film a aussi remporté en mars dernier à  Ouagadougou «Â l’Etalon d’argent de Yennenga » (la 2ème place du classement) à  la 22ème édition du FESPACO au Burkina Faso. «Â Un homme qui crie » est un film est émouvant, et il sera certainement très attendu par le public au cours de ce festival. «Â Le mec idéal », n’en est pas moins. Etalon bronze de Yennenga du dernier FESPACO (3ème place), ce film a séduit les amateurs du 7ème art. Le réalisateur ivoirien Owell A. Brown, a réussi un pari en réalisant un film qui mélange romance et humour. D’autres films sont programmés sur les écrans au cours de ce festival. Il s’agit entre autres de «Â Ma part de gâteau » de Cédric Klapisch, «Â Rien à  déclarer » de Dany Boon, «Â Moi, Michel G. Milliardaire maitre du monde » de Stéphane Kazandjian, «Â une pure affaire », réalisé par Alexandre Coffre », «Â Madame Brouette » de Moussa Sène Absa, «Â Avatar » de James Cameron, «Â Fatou la malienne » de Daniel Vigne, «Â Julie et Roméo » de Boubacar Diallo, etc. «Â En attendant le vote… » du réalisateur béninois Missa Hébié est également au programme. Projeté en compétition officielle au dernier FESPACO dans la catégorie long métrage, le film porte sur la corruption généralisée au sommet de l’Etat. l’œuvre avait nourri tous les commentaires et était pressentie pour le grand prix du FESPACO. Une brochette de films maliens Pour cette édition 2011 du Festival du cinéma de Orange, plusieurs films maliens seront projetés entre les salles et les espaces de projection plein air. Il s’agit notamment de «Â Faro, la reine des eaux » du réalisateur malien Salif Traoré. Ce film a représenté notre pays au FESPACO 2007 en compétition officielle dans la catégorie long métrage. «Â Tafé fanga » (le pouvoir du pagne) du réalisateur feu Adama Drabo sera aussi de la partie. Dans ce film, très représenté aux différents festivals de cinéma, l’illustre griot Sidiki Diabaté nous invite sur la falaise Badiangara, dans le passé du peuple Dogon… Aussi, le public aura droit à  la projection de «Â Da Monzon, ou la conquête Samanyana », du réalisateur Sidi Fassara Diabaté. Un autre long métrage malien primé par le «Â Prix UEMOA » au dernier FESPACO. Dans ce film au décor époustouflant, le cinéaste retrace une fresque historique sur le règne de l’un des rois du royaume bambara de Ségou. Le film met ainsi en lumière la ruse et les stratagèmes utilisées dans la conquête du pouvoir et dans la guerre. Documentaires Le programme du Festival du cinéma d’Orange C’’est aussi la projection du documentaire «Â Star et immigré » sur la vie du comédien malien Habib Dembélé dit «Â Guimba ». Ce documentaire met scène les allers-retours d’un acteur dont la notoriété est reconnue en Afrique et en Europe o๠son travail avec Peter Brook le mène de capitale en capitale. Mais l’immigré revient le plus souvent possible se ressourcer près des siens, et de se faire acclamer en vraie star, notamment lors de ses «Â one man show » retentissants. Bref, le Festival du cinéma d’Orange est un condensé de films auquel le public malien aura droit pendant 4 jours de fête autour du cinéma.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut