Culture › Arts Plastiques

Manyamagan, épisode 3 : les couples s’affirment

Le public est venu nombreux ce mardi 28 juin pour suivre le 3è enregistrement de l’émission de téléréalité Manyamagan. A l’issue du jeu de questions réponses, le couple N°6 s’est hissé en 1ère position avec 24 points tandis que le N° 2 prend la dernière position avec seulement 12 points. Sitôt la mise la place terminée, l’émission pouvait commencer sous la direction des ses 2 animatrices vedettes, Oumou Diarra et Aiché Baba Keita de l’ORTM. Entretemps, l’assistance a pu visualiser deux projections, l’une sur les sponsors officiels de Manyamagan et l’autre sur une prestation de comédiens sur la politique. Questions-réponses Le temps fort de l’émission aura été la phase question o๠les six couples ont été invités à  répondre à  trois séries de questions. Toutes les questions étaient relatives à  l’environnement pour ce 3è prime. La première se libellait comme suit : Sur chaque 100 Km2 au Mali, combien d’espace est occupé par le désert ? La réponse, qui est 65 Km2, a été correctement donnée par le couple 4. La deuxième question était de savoir combien d’hectares couvre la forêt au Mali ? Aucun des couples n’a pu donner la bonne réponse. Combien d’hectares de forêts disparaissent chaque année au Mali ? La réponse à  cette question n’était pas non plus connue des couples. Au finish, le couple 6 a arraché la première position du classement avec 24 points. Le couple 3 s’est taillé 20 points, et le couple 5. Les couples 1, 4 et 2 se trouvent eux en très mauvaise posture puisqu’ils ont été nominés. Il faut noter que le couple 1 a bénéficié 18 points, suivi du couple 4 avec 16 points et ensuite le couple 2 qui n’a eu que 12 points. Ils auront forcement besoin du suffrage des téléspectateurs. l’émission a été meublée par des intermèdes musicaux animés par l’artiste Massaran Kouyaté dite « La Mass ». Selon le réalisateur de Manyamagan, Alioune Ifra N’Diaye, par ailleurs Co-promoteur de l’émission, aucun indice n’est donné aux candidats. «Â Je suis le seul à  connaà®tre véritablement les questions. Nous utilisons les questions pour attirer l’attention des uns et des autres sur les problématiques de développement du Mali. Ce sont des problématiques liées à  l’être humain, son environnement politique, social, culturel…Petit à  petit on y arrive. Comme je dis, C’’est un processus à  long terme. Nous ferons en sorte qu’à  deux ou trois éditions, nous atteignions véritablement le niveau d’exigence que demande cette forme d’émission ».

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut