Société › Environnement

Tous à nos balais!

Bamako, 2 millions d’habitants et de sérieux problèmes pour la gestion des ordures et des eaux usées. En ce début d’hivernage, comme chaque année, on voit une exacerbation des conséquences de l’insalubrité de la capitale avec des caniveaux qui débordent et des tas d’ordures trempés dans les eaux de pluies pour permettre aux riverains de sortir de chez eux, plus ou moins à  sec. Cette situation qui n’est l’apanage de Bamako se retrouve dans la plupart des capitales régionales et perdure, malgré toutes les mesures prises et les actions des services concernés. De l’avis de tous, plus que le manque de moyens, C’’est surtout l’incivisme et l’indiscipline des maliens qui sont les causes de cette situation, chacun attendant que ce soit l’autre qui fasse l’effort nécessaire. Il s’agit donc maintenant d’amorcer un véritable «lavage de cerveau », changer les mentalités pour que nous adoptions tous des comportements plus responsables. C’’est l’ambition de la campagne qui a été lancée ce week-end par le gouvernement à  travers le ministère de l’environnement et de l’assainissement. C’’est par un coup de pelle symbolique de Mme le Premier Ministre Cissé Mariam Kaà¯dama a lancé la toute première campagne d’assainissement d’envergure nationale de notre pays. Le public venu nombreux a assisté à  la cérémonie qui s’est déroulée au Palais de la Culture Amadou Hampaté Ba de Bamako. Le Premier Minsitre était entourée du Pr Tiémoko Sangaré ministre de l’environnement et de l’assainissement et de Sidiki N’fa Konaté ministre de la communication porte-parole du gouvernement. Mme Cissé Mariam Kaà¯dama Sidibé a appelé chaque malien à  s’investir dans cette campagne dont le succès « asse par l’adhésion et l’implication de nous tous : Institutions de la République, autorités scolaires, élus (Députés, Maires, Conseillers nationaux, Conseillers Municipaux), Société Civile, Secteur privé, leaders communautaires et religieux, Médias et communicateurs traditionnels, Organisations socioprofessionnelles, Partenaires techniques et financiers ». Beaucoup a déjà  été fait dans ce secteur, a-t-elle rappelé en donnant l’exemple de l’adoption de textes législatifs, réglementaires et normatifs qui a permis entre autres l’élaboration des plans stratégiques d’assainissement(PSA) de 16 villes ; l’équipement des GIE en matériels de pré collecte (mini-tracteurs, charrettes, poubelles, petits matériels d’assainissement, etc.). Il s’agit aussi de l’appui à  la mairie du district de Bamako par l’évacuation de certains gros tas d’ordures qualifiés de montagnes d’ordures à  Sotuba, Hamdallaye, et Baco Djicoroni. « Aucun sacrifice n’est de trop surtout celui concernant la qualité de vie et du mieux-être de la population » dira le Premier Ministre. C’’est pourquoi le gouvernement du Mali investit près de 500 millions de FCFA dans cette campagne qui devra permettre d’organiser des séances de sensibilisation dans les écoles, les marchés, etC’…et de mener des actions d’envergure pour un meilleur cadre de vie. Au terme de cette campagne, le Mali devra avoir un nouveau visage pour offrir aux plus jeunes des conditions de vie et d’épanouissement idoines, ce qui n’est pas hors de portée. Et pour commencer l’incitation à  mieux faire, la cérémonie a servi de cadre à  l’annonce du Concours « Madame Propre ». Du nom d’une habitante de la Commune 5 qui s’est illustrée tout le long de sa vie par son combat pour un environnement propre. Depuis 2004, ce prix récompense, pendant la Quinzaine de l’environnement, les communes de Bamako qui se sont illustrées à  travers des actions concrètes. Cette année, le palmarès a été le suivant : Commune 5 en première position remporte la somme de 300 000 Fcfa, suivie de la commune 2 avec 250 000Fcfa et enfin la commune 1 qui remporte 200 000Fcfa. Toutes les trois communes ont également reçu du matériel d’assainissement.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut