Idées › Éditos

Gouvernement : Des vacances fort inopportunes

Est-il opportun pour le Gouvernement d’aller en vacances? C’est la question qui est sur toutes les lèvres en ce moment à  Bamako. La mise en place d’un gouvernement dit «de mission» ne saurait être une fin en soi. En effet, malgré les vastes chantiers qui, jusqu’à  preuve de contraire, demeurent en plan, les ministres ont décidé d’aller « se reposer ». A un moment o๠tous sont unanimes que plus que jamais le dossier des élections constitue une grosse épine dans leurs pieds. Certains observateurs sont arrivés à  la conclusion que les autorités ne se rendent pas compte de l’enjeu de ces élections pour le Mali. Moussa Djibilla sylla, analyste politique, pense que « le Président de la République, Amadou Toumani Touré, vient de commettre une très grosse erreur en envoyant le gouvernement de Mme Cissé Mariam Kaà¯dama Sidibé en congé ». Objectivement, le peu de temps dont dispose le Gouvernement est déjà  fort insuffisant pour faire face aux enjeux qui s’imposent au Premier ministre et à  son équipe. l’élan qui était amorcé par le gouvernement semble de plus en plus se briser, au vu de l’enlisement de la gestion des affaires courantes. Notre pays est en effet actuellement dans une situation d’incertitude, surtout en ce qui concerne la tenue d’élections libres et transparentes en 2012. Pas de fichier électoral bien établi ni de calendrier électoral, auxquels s’ajoute le référendum que le Président de la République compte organiser pour valider la révision de la Constitution du 25 février 1992, tel est le contexte actuel. La dernière crise est née du partage du gâteau dans la répartition des membres de la CENI, entre la Majorité présidentielle et l’Opposition. Pour cause de l’impréparation, la dernière rencontre gouvernement – partis politiques, dans le cadre du Cadre de concertation entre l’administration et la classe politique autour de l’élaboration d’un fichier électoral consensuel (FEC), s’est soldée par un report, renforçant dans le même temps, l’inquiétude des uns et des autres par rapport au respect des délais constitutionnels pour l’organisation des élections. Que dire du fichier électoral consensuel, tant prôné par le gouvernement, qui n’est jusqu’à  présent pas disponible. Et la majorité de la classe politique continue à  rêver d’un fichier biométrique, pour éviter les fraudes. Malgré les contributions faites par 42 partis, le gouvernement continue de faire la sourde oreille et le Président refuse toujours de recevoir en audience leurs porte-paroles. A ce jour, on ignore avec quel fichier le référendum se tiendra. Pour se qui est de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), il y a un véritable blocage, et les partis politiques n’arrivent pas s’entendre sur les quotas de l’Opposition et de la Majorité présidentielle. Toute chose qui devrait inciter le Gouvernement à  maintenir le cap. Alors, à  8 mois des élections, dans l’état actuel des choses, était-ce le moment de partir en vacances ?

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut