Idées › Éditos

Chute de Khaddafi : l’indignation des Intellectuels

Au Mali, la majorité des populations s’indigne contre l’invasion de la Libye par les forces occidentales. Voici quelques réactions. Aminata Dramane Traoré : altermondialiste et ancienne ministre de la culture «Â Je suis profondément choquée de constater la froideur avec laquelle on peut larguer des bombes sur un pays, détruire les recettes des populations parce qu’ils sont contre le pouvoir en place. l’Irak est désormais à  nos portes, et nous devons tirer le maximum d’enseignements de ce qui se passe en ce moment en Libye. Ils sont en train de se concerter non pas sur ce qu’il faut en tirer des condamnations, mais sur ce que sera l’après Kadhafi. Je n’ai jamais eu confiance en cette Communauté Internationale. Elle porte aujourd’hui son vrai nom : C’’est en réalité une Coalition internationale contre des peuples comme le nôtre. Ils agissent au nom de la Démocratie. Mais qu’est-ce que C’’est que la démocratie en fait ? Parce qu’eux n’ont jamais été démocrates en fait. Ces Occidentaux ne sont pas des démocrates, ce sont des prédateurs. Il faut qu’on arrête de nous parler de démocratie. Ils prétendaient protéger les populations civiles, C’’était un mensonge. Car ils n’ont rien à  cirer de ces populations civiles. Ce sont leurs intérêts économiques qui les préoccupent ». Il s’agit d’une agression barbare contre le peuple libyen. Ils ne sont pas arrêtés que lorsqu’ils ont obtenu ce qu’ils voulaient : c’est-à -dire détruire toutes les infrastructures, tout ce que ce pays a réalisé. Et de faire partir Kadhafi. C’’est une occasion pour tous les autres peuples d’ouvrir grandement les yeux. Déjà  nous sommes à  un tournant grave de l’évolution du monde. Ils refusent d’admettre que leur modèle ne soit pas accepté par les populations. Car, C’’est contraire à  nos valeurs de société. C’’est pour cela qu’ils instrumentalisent la colère des peuples pour faire partir les dirigeants dont on ne veut plus. Tout le monde l’a vu, alors qu’on tue en Libye, de l’autre côté, dans les pays amis, on laisse faire… Les peuples africains doivent se réveiller face à  cette agression d’une autre époque. Dr Etienne Oumar Sissoko : Economiste-Assistant à  l’Université de Paris Ouest-La-Défense-Nanterre Le seul objectif de la guerre en Libye, était la prise du contrôle du pétrole libyen par les pays occidentaux, avec la France en tête. Sinon o๠était l’OTAN lorsque toute la Guinée s’était levée en 2007 et en 2009 ? Cela ne fait aucun doute. Loin de moi l’idée de dire que Kadhafi est un saint, mais en 42 années de règne il a fait passer la Libye d’un des pays les plus pauvres au monde à  un statut de pays le plus développé d’Afrique et du monde Arabe. A cela s’ajoute le nombre colossal d’investissements dans des pays pauvres comme le Mali. En marge de tout cela, C’’est encore une victoire des  lâches larbins à  la solde de l’impérialisme occidental sur un autre leader nationaliste africain. On vient une fois de plus démontrer que l’Afrique n’est pas indépendante, et que plus grave ce sont les Etats unis, la France, l’ONU ou encore l’OTAN qui déterminent et qui doivent diriger tel ou tel pays. Il y a lieu de désespérer de ces institutions qui disent incarner des valeurs africaines. Qui en vérité, n’ont aucun pouvoir. Comparables à  des marionnettes, ces « institutions » dansent au rythme du son des tam-tams occidentaux. La chute de Kadhafi est une humiliation pour l’Union africaine, et donc pour l’Afrique. Pr. Balla Konaré : Chargé de cours à  la Faculté des sciences juridiques et politiques, FSJP Ce qui s’est passé en Libye est une situation absolument répugnante et une arrogance vulgaire indescriptible. C’’est un processus qui s’étendra sur d’autres pays africains, et la vigilance doit être de mise sur le continent, particulièrement au Mali o๠on assiste de plus en plus à  une forte présence des forces françaises à  Mopti, (en 5ème région du pays) au nom d’une prétendue lutte contre le terrorisme. Si l’Afrique était consciente du danger de l’invasion impérialisme et de la nécessité d’être unie, elle devrait envoyer des troupes en Libye pour soutenir le peuple face à  un ennemi plus fort. Il n’y a pas de doute, la guerre en Libye est un complot judéo-chrétien avec la complicité (malheureusement) du mouvement wahhabite, pour qui «Â Kadhafi n’est pas un musulman ». Le mobile de l’invasion n’est pas l’instauration de la démocratie, encore moins la protection des populations, mais plutôt le pétrole de ce pays. En clair, C’’est une guerre des intérêts économiques. Et le cas libyen est le début d’un processus. Victor Sy : Enseignant, ancien camarade politique de Modibo Keà¯ta Cette guerre, nous l’avons vue venir, depuis les agissements de l’Occident dans certains pays africains, comme en Côte d’Ivoire. l’exemple libyen est véritablement le témoignage que la recolonisation est en marche. Et face cette menace la jeune africaine est fortement interpellée. Il faut une prise de conscience et un soulèvement des peuples africains contre l’impérialisme. Dr Oumar Mariko : Député à  l’Assemblée nationale, secrétaire général du parti SADI C’’est une tragédie conçue et mise en exécution en Libye par les forces impérialistes. Il s’est déroulé sur cette partie du continent africain un film hollywoodien, une aventure d’occupation coloniale préparée et dirigée la France, la Grande Bretagne, les Etats Unis et l‘OTAN. Les marchés, les contrats, les réunions de concertation entre les pays impérialistes envahisseurs se tiennent précipitamment pour organiser le partage des contrats de reconstruction juteux, les autorisations d’exploitation et d’exploration d’hydrocarbures et les rôles à  jouer pour perpétuer la domination. Les concertations commerciales sont prioritaires sur la protection des droits de l’homme qui est l’alibi le plus rationnel pour occuper la Libye. Les maà®tres du monde préparent les factures afin de soumettre la Libye à  un endettement éternel. Après être intervenu directement en Côte d’Ivoire, l’impérialisme réédite ses exploits d’assassinats des leaders indomptables qui mettent l’intérêt de leur peuple avant tout : Modibo Keà¯ta, arrêté le 19 novembre sous l’intrusion des services de renseignement français et assassiné le 16 mai 1977 par les putschistes, Amilcar Cabral, leader intraitable sur la question de l’indépendance de la Guinée Bissau et du Cap Vert, abattu en Guinée sous la supervision des services de renseignement portugais, Patrice Lumumba, lui, a été enlevé et assassiné sous la barbe des casques bleus avec l’appui direct des impérialistes belges, américains et français, etc. Aujourd’hui l’invasion, le massacre des populations civiles, la destruction des infrastructures, la chasse à  l’homme et aussi à  la femme, l’appel pour l’assassinat du Guide Mouammar et des membres de sa familles ainsi que de ses proches, passent en direct sur les chaines de télévision et n’offusquent pas les grandes consciences européennes imposant leur modèle de pensée et d’être au reste du monde. l’arrogance est manifeste et est révoltante. Adama Coulibaly : Assistant parlementaire à  l’Assemblée nationale, 2ème Vice-président de la jeunesse URD La chute de Kadhafi est une faute qui lui incombe fondamentalement. La guerre en Libye est la conséquence des erreurs militaires et stratégiques de Mouammar Kadhafi. Depuis quarante ans, le «Â Guide de la révolution libyenne » travaille au développement de son pays. Mais depuis quarante ans, il n’a pas été capable de mettre en place une vraie armée de métier qui puisse faire face à  tous les dangers venant de l’extérieur. C’’est incompréhensible la facilité avec laquelle les rebelles ont pris la 2ème ville de Libye (Bengazi) en quelques jours. On a vu des avions militaires de Kadhafi qui ont bombardé cette ville. Après, les combats au sol ont été menés par les mercenaires. Kadhafi a des armements, mais il n’a pas de militaires. De ce fait, la Libye reste un pays stratégiquement vulnérable. Aucun développement n’est durable s’il n’y a pas une armée pour sécuriser le territoire national. Cette guerre en Libye est un problème sur le plan des relations internationales. La souveraineté de l’Etat libyen, en tant qu’entité de la Communauté internationale, n’a pas été respectée. Pour l’Occident, les relations entre Etats sont de nature sauvage. Par conséquent, l’activité internationale des Etats occidentaux n’est guidée que par la recherche de l’intérêt. l’ONU a du mal à  faire respecter le droit international. Cette institution est devenue un outil au service de l’Occident. Sur le plan stratégique, la guerre en Libye déclenche la course aux armements. Des pays en Afrique et en Asie pourront, dans les jours à  venir, accorder une attention particulière aux questions militaires et stratégiques. Cette situation ne permet pas d’avoir un monde sûr.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut