Culture › Arts Plastiques

Rencontres de Bamako : Pour un monde durable…

l’annonce a été faite ce mardi 20 septembre par l’Ambassadeur de France au Mali au cours d’une conférence de presse au Musée national. A ses côtés, le ministre malien de la culture, et le Chef de la Délégation de l’Union européenne. Le diplomate français s’est réjoui de sa première expérience à  vivre cet évènement depuis son affectation au Mali, et il a annoncé la présence du ministre français de la culture, Frédéric Mitterrand. Pour l’ambassadeur, cela explique l’importance que la France accorde à  la promotion du secteur de la photo en Afrique et au Mali en particulier. Le délégué général a expliqué de son côté que les «Â Rencontres Africaines » de la photo jouent un rôle majeur dans la vie culturelle malienne et continentale. «Â l’itinérance des expositions à  travers le monde, poursuit Samuel Sidibé, contribue à  asseoir au plan international l’image d’une photographie africaine créatrice et dynamique ». La photo face aux enjeux climatiques Organisée par l’Institut Français, en partenariat avec le ministère malien de la culture à  travers la Maison africaine de photo, et la Délégation de l’Union européenne, la Biennale africaine de la photographie est l’une des plus importantes manifestations culturelles autour de la photo sur le continent. Elle vise à  favoriser l’émergence d’évènements nationaux et régionaux sur la photographie. Créatrice et dynamique, cette rencontre se veut un cadre de rencontres et de promotion des professionnels de l’image virtuelle. Pour les organisateurs, il s’agit de promouvoir une politique de conservation et de promotion du patrimoine photographique africain. Prévue du 1er novembre 2011 au 1er janvier 2012, cette 9ème édition s’articulera autour du thème «Â pour un monde durable ». Le choix n’est pas fortuit, comme l’explique le délégué général de l’évènement, M. Samuel Sidibé. Qui précise qu’il s’agit d’une thématique d’actualité qui posera effectivement la problématique de la durabilité de notre monde. «Â Les enjeux des changements climatiques ne sont plus à  démontrer, explique-t-il. Ajoutant que l’édition 2011 posera une réflexion sur la quête d’un monde durable avec la volonté d’esquisser un état des lieux et de prêter une attention particulière aux signes et aux formes de résistances possibles ». Près de 300 photos exposées Pour ces rencontres 2011 de Bamako, 326 dossiers ont été reçus, 45 ont été sélectionnés, plus 10 vidéastes à  travers des critères comme la pertinence du sujet, la vision dégagée par le photographe à  travers son œuvre. Environ 285 photos seront exposées à  travers des sites comme le Musée national de Bamako, l’Institut Français, le Mémorial Modibo Keà¯ta et la Galerie de l’Institut national des Arts (INA). «Â Les différentes œuvres présentées approchent la thématique à  travers des démarches documentaires et journalistiques ou des récits métaphoriques et fictionnels », a expliqué le Délégué général des rencontres de Bamako. Pour qui les variétés des thématiques et des langages choisis par les artistes, permet de faire le point sur la production artistique du continent et de la diaspora. «Â Elle donne une mesure de l’effervescence et du renouveau permanent de la scène cinématographique africaine, avec l’émergence d’une nouvelle génération qui invente ses propres codes expressifs », a déclaré M. Samuel Sidibé. Qui annonce une manifestation artistique riche en créations et en opportunités. La 9ème édition des Rencontres de Bamako, C’’est aussi des expositions en off à  travers plusieurs quartiers de la capitale. Ce qui fera dire au ministre de la culture, Hamane Niang, qu’il s’agit d’un évènement majeur sur le continent autour de l’image virtuelle. Pour le ministre malien de la culture, la Biennale de la photo est une opportunité et un facteur de développement pour les photographes.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut