Culture › Cinéma, Théâtre & Livres

Salimata Togora, écrivaine de son temps…

Pas d'image
L’auteure vient de publier «Deny et Denistar », un succès d’audience prometteur. Les critiques littéraires ne tarissent pas d’éloges sur sa plume dévouée à la nouvelle littéraire...

17 nouvelles publiées à  ce jour et deux pièces de théâtres, l’aventure littéraire est prometteuse pour l’écrivaine de 31 ans. Elle vient de mettre dans les librairies son nouveau livre intitulé «Â Deny et Denistar » suivi de «Â Un 31 décembre », publié chez les éditions «Â La Sahélienne » en collaboration avec «Â l’Harmattan ». Un bouquin de 36 pages qui donne du plaisir à  lire. l’auteur s’exprime dans une simplicité d’expression accessible par tous, et la thématique est un sujet de jeune génération. « Deny et Denistar » est une pièce écrite pendant le Chantier panafricain d’écriture dramatique des femmes (« Femmes en scènes », édition 2009-2011). Elle oppose Deny, une jeune femme rangée de 28 ans, vivant encore chez ses parents o๠elle doit subir sa mère. Sentimentale et rêveuse, elle est véritablement amoureuse de Bouba. Elle subit les exigences de l’éducation de la société traditionnelle africaine. Mais au finish, l’objectif recherché ne sera pas atteint. Deny est tout le contraire de Dénistar. Une prostituée enceinte de 29 ans, en fin de carrière, elle vit dans la rue, o๠elle peine à  trouver des clients. Désabusée, elle aime lire les verts du poète Léon Gontran Damas. « Deny et Dénistar », C’’est véritablement le choc des modes d’éducation, une confrontation de deux réalités (modernisme et tradition) dont l’auteure se sert pour poser la problématique et invite à  la réflexion. « l’exemple dans les cas est nuisible dans l’excès » nous explique-t-elle. « Un 31 décembre » est tout aussi un récit époustouflant que le premier. Il revêt l’histoire d’un vieil homme sur les traces de son fils. Une vendeuse de beignets à  la recherche d’un amour passé, un homme silencieux. Leurs destins se croisent cette nuit du 31 décembre. La suite ? Le livre nous en dit plus. Un ouvrage d’exception à  lire absolument. Fruit de l’inspiration fertile de cette jeune auteure, ce livre a un contenu facile d’accès pour tous les niveaux d’instruction. Du talent à  faire parler Salimata Togora a choisi un des genres littéraires les plus pointus : la nouvelle et la pièce de théâtre. La première est une synthèse claire et précise des idées, une sorte de récit hyper condensé qui exige une certaine qualité de son auteur. Le second, on n’en a pas vraiment beaucoup au Mali, et tout explique sa complexité. Mais l’aventure est osée pour Salimata Togora. Lorsqu’on demande à  cette mathématicienne comment elle est arrivée dans la littéraire ? l’histoire est passionnante. Car tout a commencé très tôt depuis les petites classes, o๠sa grand-mère aimait lui raconter des histoires. « La nouvelle s’est imposée en moi depuis temps. Le genre n’a séduit, car il permet d’aller à  l’essentiel, il capte l’attention du lecteur car il faut que l’histoire touche. C’’est vraiment le genre littéraire qui colle avec la réalité malienne, au moment o๠les gens lisent de moins en moins », nous explique la jeune écrivaine. Ce qui fera dire aux critiques littéraires que Salimata Togora est le témoignage de la ténacité dans l’apprentissage. Auteure de plusieurs nouvelles publiées dans les journaux « l’Essor » et « Le Challenger », Salimata a été lauréate du Prix du ministère de la promotion de la femme, de l’enfant et de la famille à  la rentrée littéraire 2010 à  Bamako. Avec ses 17 nouvelles publiées à  ce jour et 2 pièces théâtres, son nouveau livre promet un succès d’audience. Pour les critiques littéraires, « C’’est une écrivaine de son temps ».

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut