Personnalités › Interview

Listes électorales : Encore 20 jours pour s‘inscrire !

Journaldumali.com : Quelle est la spécificité de l’opération de révision des listes électorales cette année ? Moriba Sinayoko : Le Mali est l’un des rares pays qui procède à  la mise à  jour des listes électorales chaque année. C’’est une activité tout à  fait normale qui s’exécute entre novembre et décembre, et C’’est une exigence de la loi électorale. Vous l’avez dit, l’opération de révision en cours (celle de 2011), revêt un caractère spécial compte tenu du fait qu’il y a eu de larges concertations entre la classe politique et l’administration autour de la liste électorale. Nous avons convenu qu’il faut une liste électorale consensuelle. Pour y parvenir certains paramètres devraient être prises en compte. Il s’est agit de faire en sorte que l’électeur soit rapproché de son bureau de vote. Pour cela nous avons pris les mesures en envoyant des fiches d’affectations pour les électeurs qui estiment être trop éloignés de leurs bureaux de vote habituel. l’autre particularité tient au fait que la classe politique avait demandé que les cartes d’électeurs qui n’avaient pas été enlevées depuis 2008 soient gérées au besoin si leurs propriétaires ne se signalent pas. Journaldumali.com : Que fait l’Etat pour faciliter l’opération aux populations ou encore susciter l’engouement des populations ? Moriba Sinayoko : Si vous écoutez nos spots publicitaires, il est indiqué que ces listes sont affichées dans des endroits publics autres que les chefs lieu de cercle. C’’est dire que les dispositions ont été prises afin que les populations ne souffrent pas pour y accéder. Toute fois, sur le plan local, il revient aux autorités administratives de s’organiser avec les commissions en charges de la révision pour voir comment les populations peuvent prendre connaissance de ces listes. Journaldumali.com : Comment mesurez-vous l’engouement comparativement aux années passées ? Moriba Sinayoko  : Par rapport a cela, pour pouvoir y donner une bonne appréciation, les commissions qui sont sur le terrain (à  savoir, les préfets, les sous préfets et les maires) ont un aperçu qui pourrait être plus juste que le mien. Par ailleurs, nous avons demandé aux gouverneurs de région de nous faire la synthèse de l’opération en terme d’inscription, de radiation, de correction et de gestion des cartes d’électeurs, afin de pouvoir faire une bonne appréciation. Parallèlement à  cela, nous allons déployer sur terrain une mission de supervision pour nous faire une idée de tout ça. Journaldumali.com : l’opération de révision était censée prendre fin le 31 octobre 2011. Pourquoi avez-vous ajouté 20 jours ? Moriba Sinayoko : Rien ne nous empêche d’ajouter les 20 jours à  la période normale d’inscription radiation. C’’est même prévu dans les dispositions de la loi électorale. C’’est pour permettre aux électeurs qui veulent faire des réclamations de les opérer. Mais, de commun accord avec les partis politiques, nous avons commis la largesse d’arranger les retardataires, de permettre que les inscriptions et les radiations également se fassent en cette période. Journaldumali.com : Vous avez un appel à  l’endroit des électeurs ?  Moriba Sinayoko : Je dirai tout simplement aux électeurs qui ne se sont pas fait inscrire, qu’ils ont encore une vingtaine de jours pour le faire. C’’est l’ultime occasion pour eux de régulariser leurs situations avant de prétendre au vote lors des élections générales de 2012.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut