Idées › Éditos

Forum des peuples : Vous avez dit « un autre monde est possible » ?

Dix ans après la naissance de l’initiative, rien ne semble avoir évolué dans l’organisation. Pour cette édition 2011, le spectacle était révoltant et on se demandait «Â d’o๠sortaient ces gens-là Â ». Pour la journée du lundi 31 (c’est-à -dire le 1er jour de la manifestation), les participants répartis entre trois cars, ont vécu une traversée du désert. Pour un évènement dont le coup d’envoi est prévu à  15 heures, C’’est le même jour que la délégation a quitté Bamako pour un trajet de près de 400 kilomètres. Ce n’est point une petite distance. Pis, pour un départ prévu 6 heures 30 minutes, il faudra attendre 8 heures pour décoller. Et à  moins de 100 kilomètres de Bamako, l’un des véhicules est tombé en panne. La réparation coûtera plus d’une heure d’attente. Avec les multiples arrêts, dus aux tracasseries routières et caprices de certains individus (qui s’arrêtent partout pour des besoins), la délégation a atterri à  Niono vers les environs de 17 heures. C’’est donc très exténués que les occupants des trois cars sont rentrés de plein-pied dans la cérémonie d’ouverture. Mais très affamés, les pauvres devraient faire escale dans une grande cour, pour avoir de quoi manger, juste pour ne pas «Â mourir de faim ». Dans un décor qui rappelle les camps de réfugiés somaliens ou de la RDC, C’’est le sauve-qui-peut… De l’amateurisme dans l’organisation Arrivée au stade municipal de Niono (qui devait abriter les festivités), les choses sérieuses peuvent maintenant commencer, avec la série de discours prévus au programme. La fatigue avait déjà  eu raison de certains. Comme si cela suffisait pas, l’Energie du Mali (EDM-SA), est venue mettre le pied dans le plat. Comme si le délestage n’attendait que le discours du président de la CAD-Mali, la coupure d’électricité n’a pu donner chance à  CHaka Diarra de faire passer son long (mais intéressant) message. l’organisation n’avait prévu aucune disposition à  travers l’acquisition d’un groupe électrogène. Vous avez dit « un autre monde est possible » ? Pendant les quatre jours du Forum, l’accès des participants à  la nourriture a été la croix et la bannière, malgré le budget de 40 millions (officiellement) débloqués pour la cause. Alter-mondialisme ne veut pas dire misérabilisme. Il exige (et C’’est noble) la justice équitable dans l’accès aux richesses. Or, dans le cas de l’alter-mondialisme à  l’africaine, particulièrement malienne, il n’y a ni justice, ni équité dans les comportements. Car les participants n’ont pas droit au même traitement pendant le Forum. Pendant que certains dorment à  même le sol comme de vulgaires voyous, d’autres se font la belle vie dans les hôtels appartenant aux multinationales. Le paradoxe crève l’œil. l’esprit du Forum des peuples est aussi de constituer un facteur de développement pour la localité qui l’abrite. Rien de cela n’a été à  Niono. Car C’’est dans les ordures que les débats se sont tenus. Tout autour du stade municipal, dans l’enceinte, l’assainissement était inexistant. Ce n’est pas dans les ordures qu’on bâtira « un autre monde ». Le plus révoltant C’’est que depuis 2002, les mêmes comportements reviennent dans les éditions. A Siby (en 2002 et 2003) à  Kita en 2004, à  Fana en 2005, à  Gao en 2006 et Sikasso en 2007, à  Katibougou en 2008, à  Badiangara en 2009, et Bamako en 2010, rien ne semble, malheureusement évoluer. A Niono, le spectacle était inquiétant, car le forum a véritablement régressé. Tant par rapport au niveau des débats, que face à  la qualité des exposés, mais également sur le plan de la participation des opérateurs au « Marché des peuples ». A Niono ce sont quelques stands qui ont été installés, contrairement à  Badiangara en 2009, o๠les participants ont pu constater la diversité des stands. Le Forum des peuples pense qu’ « un autre monde est possible ». Oui ! C’’est bien possible, mais ceux-là  qui le revendiquent, n’ont rien d’altermondialiste. Au même moment, le G20 qui se tient à  Cannes est à  milles lieux des préoccupations des peuples du sud et pour cause, la dette grecque agite Sarkozy, Merkel…

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut