Culture › Musique

Tous au Festival sur le Niger !

On connait la ville de Ségou très mouvementée les week-ends, mais celui des 11 et 12 novembre derniers, la ville a véritablement retrouvé ses moments de grande ambiance. Et le ballet des véhicules d’immatriculations du district de Bamako était un signal de forte présence de délégations «Â étrangères ». l’enjeu : les festivités de pré-lancement de la 8ème édition du Festival sur le Niger prévue du 15 au 19 février 2012. Dès le vendredi, plusieurs lieux de divertissement avaient fait le plein. Au ciné Méruba, C’’est le Centre national de la cinématographie du Mali (CNCM) qui avait installé ses quartiers dans le cadre de sa série de projections pour la promotion du film long métrage «Â Toiles d’Araignées », proposé en compétition au prochain Festival panafricain du film et de la télévision de Ouagadougou, FESPACO. Les maquis les plus chics, ou encore «Â les coins branchés » de la ville avaient retrouvé leur souffle des années o๠les usines tournaient à  flot dans la région, et o๠le coton était la vedette de l’économie malienne. l’ambiance est présente à  travers la ville et les orchestres locaux n’ont pas lésiné sur les moyens. Au bar «Â Café des arts », «Â Le terminus », «Â Le feu vert », ou encore à  «Â Mama Africa », les «Â couche-tards » se bousculent à  la porte. Et C’’est bon pour les affaires. Le festival au fil des ans Née du rêve des entreprises touristiques et culturelles de la 4ème région, le Festival sur le Niger vise à  créer un évènement unique, mettant en valeur toute l’attractivité de la ville et de la région afin de promouvoir l’économie locale et de valoriser les expressions artistiques culturelles du Mali. En clair, l’esprit d’un tel évènement est de participer à  la sauvegarde des expressions artistiques et culturelles de la région, appuyer l’économie locale, impliquer les populations dans un projet commun pour le bien de la communauté et de créer ainsi des prises d’initiatives. Pour son directeur, Mamou Daffé, le projet Festival sur le Niger revêt «Â une volonté de créer une plate-forme internationale d’échange à  travers le forum, de participer à  la sauvegarde du fleuve Niger, de faire de Ségou la capitale artistique et culturelle du Mali et de la sous-région. Dix ans après la naissance de l’évènement, que de chemin parcouru, selon ses initiateurs. Pour ce pré-lancement tenu ce samedi 12 novembre, une exposition «Â les couleurs du festival sur le Niger », a été organisée au Centre culturel «Â Korè » de Sébougou. Au total quatorze patch-photos retracent les 7 ans de l’évènement : des moments d’émotion, de joie, de partage, mais également d’échanges autour des enjeux culturels de notre pays. Pour l’ancien ministre de la culture, Cheick Oumar Sissoko, C’’est tout un symbole. «Â Je viens de voir la mémoire du festival. C’’est un sentiment de fierté qui m’anime en constatant l’œuvre magnifique de nos photographes qui ont réalisé cette exposition. C’’est un travail poétique qui revêt à  la fois la beauté du festival, mais aussi de la ville de Ségou, qui est un symbole de résistance (dans l’histoire), mais d’amour. Le public doit voir cette exposition » a déclaré le ministre Sissoko, accompagné de son ancien homologue de l’artisanat et du tourisme, N’Diaye Bâh, du parrain du Festival, l’ancien député-maire Dr Mamadou Simaga, etc. Hommage aux «Â amis » du festival La 2ème exposition photos de ce pré-lancement du Festival sur le Niger a consacré l’hommage rendu à  ceux qui ont accompagné l’évènement. Parmi ces «Â amis », le président de la République, Amadou Toumani Touré, les partenaires néerlandais, les anciens gouverneurs et maires de la ville de Ségou, les anciens ministres N’Diaye Bâh, Cheick Oumar Sissoko, Mohamed El Moctar, etc. Les «Â amis » du Festival sur le Niger, ce sont aussi des stars de la musique africaine qui ont cru au projet. Il s’agit des Maliens Salif Keà¯ta, Oumou Sangaré, le Nigérian Femy Couty, etc. Au total 63 photos de personnalités du monde politique et artistique ont été gravées sur le mur de cette exposition. Pour Mamou Daffé, il s’agit «Â d’un devoir de mémoire. Sans eux, le festival n’aura pas existé ». La boucle de ce pré-lancement a été cloturée par un diner gala organisé dans l’enceinte de la Fondation Festival sur le Niger. Il a réuni autour du gouverneur de la région, le ministre de l’artisanat et du tourisme, Mohamed El Moctar. Pour qui le Festival sur le Niger une bouffée d’oxygène pour le tourisme de la 4ème région. Le Festival sur le Niger est, en 8ème édition, un concentré d’activités diverses et variées à  travers des expositions d’arts, des conférence-débats, des manifestations touristiques, musiques et danses traditionnelles, foire internationale, etc. l’objectif de ces manifestations, explique Mamou Daffé, est de «Â permettre au festival d’être un point de rencontre incontournable pour les professionnels du spectacle et une référence dans le domaine artistique d’un point de vue international ». Comme pour dire que la 8ème édition du Festival sur le Niger augure un évènement hautement riche en couleurs.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut