Économie › Industrie & Services

Salon Auto Moto : Une première au Mali

Le premier Salon Auto Moto qui ouvre ses portes à  Bamako ce cvendredi 18 nvemvre, se définit comme un évènement qui rassemble tous les acteurs concernés par le domaine des équipements et du transport routier. Vitrine de l’industrie automobile et moto au Mali, le SAMB offre l’opportunité de fédérer les objectifs de l’ensemble des acteurs intervenant dans les transports routiers, notamment l’automobile et les motos. Pour les organisateurs, le Salon Auto Moto de Bamako se justifie par le fait que l’augmentation des infrastructures routières, la facilitation du transport national et interurbain et la sécurité font partie des priorités quotidiennes du gouvernement actuel. Pour, Ahmed Diané Séméga, ministre de l’équipement et des transports, le SAMB donne l’occasion de suivre des conférences débats dont les thèmes porteront, entre autres, sur la problématique de la sécurité routière au Mali : état des véhicules, l’éducation routière, la problématique de l’importation des véhicules d’occasion et la sécurisation des plaques d’immatriculation.La rencontre est une aubaine pour notre pays de renouveler son parc automobile déjà  vieillissant. Selon Ahmed Diané Séméga, le SAMB permettra aussi, aux acteurs impliqués dans le transport routier d’échanger, de communiquer et de parvenir ensemble aux objectifs fixés pour la facilitation de l’accès aux moyens de transport, la préservation de l’environnement et la sécurité routière. Ce salon, qui verra la participation de plus de dix exposants, aura deux espaces. Il s’agit de l’espace consacré aux marques, voitures et motos neuves et autres exposants et celui réservé pour la tenue d’ateliers pour le monde professionnel. Il y aura également au cours de ce salon, des animations de la Croix Rouge sur les gestes qui sauvent, des pistes autos enfants pour une sensibilisation au code de la route et une tombola avec une voiture ou une moto comme premiers prix. A noter que l’accès aux stands de ce salon est subordonné, hormis les enfants, au payement de la somme de deux mille francs CFA.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut