Politique › Politique Nationale

Moyens de l’état : Gaspillage au sommet !

Le parti Solidarité Africaine pour la Démocratie et l’Indépendance, SADI, ne lâche pas d’un iota ATT et son gouvernement en matière de contrôle de leur action. Alors que le contentieux judiciaire sur la mise en place de la CENI est loin d’être vidé, la formation politique en veut au gouvernement de Mme Cissé Mariam Kaà¯dama Sidibé pour «Â l’utilisation abusive » des moyens publics. La manifestation de colère a pris la forme d’une déclaration qui vient d’être rendue publique. «Â Le parti SADI dénonce l’utilisation des ressources de la République pour des campagnes anticipées conduites par certains partis politiques soutenant l’action du gouvernement pour conduire clandestinement des campagnes d’information et de sensibilisation et induire ainsi en erreur les populations afin qu’elles votent sans aucune analyse objective en faveur des réformes imposées par le Général Amadou Toumani TOURE et votées par les députés des partis ADEMA PASJ, l’URD, le RPM, l’UDD, MIRIA, UM RDA, PDS, CODEM, CNID, PARENA, MPR, PSP », révèle la déclaration de l’opposition. Qui rappelle au président Amadou Toumani Touré et à  son Premier ministre que «Â ce traitement inégal des partis politiques est une pratique connue et intolérable qui doit immédiatement cesser ». Car, explique-t-il, «Â elle a comme base matérielle la corruption et l’achat des consciences ». « Des réformes imposées et budgétivores » Depuis le début du processus de mise en œuvre des réformes constitutionnelles, le parti SADI reste inflexible sur sa position que le projet est « inopportun et budgétivore » pour un pays comme le Mali qui s’apprête à  organiser des élections générales en avril 2012. Le projet qui doit faire face à  la forte résistance d’une grande partie de la société civile (notamment les syndicats, les magistrats, etc.) a fortement besoin de campagnes de sensibilisation et d’information pour obtenir le « oui » au référendum d’avril 2012. Pour le parti SADI, les moyens de cette campagne en rajoutent à  son caractère budgétivore. « l’organisation de faux ateliers et séminaires, de missions sans objet vous permettent de « sensibiliser » les cadres et responsables des partis politiques par la distribution généreuse de perdiems, de frais d’hôtel, des frais de missions, de frais de carburant et autres avantages, et renforcer ainsi l’idée de certains acteurs politiques soutenant le président dans leur conviction que pour réussir en politique, il faut être du coté du pouvoir qui détient les moyens de l’Etat », remarque le parti SADI. Qui déplore qu’une telle situation touche au fondement de la démocratie acquise de hautes luttes. Pis, dénonce la déclaration de du parti d’opposition « le Comité d’Egal Accès aux Médias Publiques reste indifférent à  cette distribution inégale et illégale entre le pouvoir et les partis d’opposition et organisations opposées à  ces réformes ». « Des postes de responsabilités et des sinécures sont proposés à  ceux là  qui battent illégalement campagne pour le « OUI » aux réformes au sein des prétendues nouvelles institutions pour les «motiver » davantage à  mentir au peuple et meublent le coup d’Etat qu’Amadou Toumani Touré et Kafougouna Koné opèrent contre la démocratie » poursuit le parti SADI dans sa déclaration. Qui a appelle à  la mobilisation contre lesdites réformes.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut