Sport › Football

Taekwondo, championnat national : Bamako confirme sa suprématie

La 9è édition du championnat s’est disputée samedi au pavillon des sports du stade Modibo Keà¯ta. Organisée par la fédération malienne de taekwondo et sponsorisée par Sotelma-Malitel, la compétition a finalement regroupé 7 ligues : Kayes, Koulikoro, Sikasso, Ségou, Mopti, Goa et Bamako. Seules les ligues de Tombouctou et Kidal étaient absentes. Les combattants composés des juniors, seniors féminins et garçons se sont affrontés dans 25 catégories différentes. La ligue du District s’est hissée sur la plus haute marche du podium avec 22 médailles dont 17 en or, 3 en argent et 2 en bronze. La ligue de Ségou et celle de Kayes ont occupé respectivement les 2è et 3è rangs. Ségou a obtenu 4 médailles d’or, 4 en argent et 7 en bronze, soit un total de 15 médailles. Tandis que Kayes a totalisé 6 médailles dont 2 en or, 3 en argent et 1 bronze. Pour cette 9è édition il n y a pas eu de surprises lors des combats. Tous les favoris ou presque se sont confirmés. Chez les seniors dames Dans la catégorie de -49 kg Aminata Makou Traoré de Bamako a dominé la Sikassoise Firma N’Daou. Championne du Mali depuis 2004, « Tanti » prouve sa suprématie dans sa catégorie. « Je suis heureuse. Je suis de nouveau contente par ce que être championne est difficile mais le rester est plus difficile. Que je gagne encore le championnat du Mali, C’’est une fierté pour moi et pour ma famille. Je suis vraiment contente », s’est exprimée Aminata Makou Traoré. La 14è mondiale féminine, toutes catégories confondues, du classement de la Fédération internationale de taekwondo (WTF, World taekwondo Fédération en anglais), Aminata Makou Traoré vise les J.O. et la première place mondiale. « Je suis très contente mon objectif est la première place mondiale. Avec le travail ça va venir. J’ai atteint maintenant une partie de mes rêves car on ne peut pas réaliser tous nos rêves. J’étais championne aux jeux africains. Maintenant je vise loin. Je vise les Jeux Olympiques. Pourquoi pas une médaille d’or aux Jeux Olympiques. Avec le travail ça va venir. Pour le championnat de cette année je dis chapeau aux régionaux. Ce n’est pas la même chose que l’année dernière. Le niveau de cette année est plus élevé que l’an passé. Ils doivent travailler beaucoup plus. Car être dans la région et donner le meilleur de lui ici, C’’est très difficile. Je les encourage beaucoup. Le niveau a été bon. J’espère que l’année prochaine sera encore meilleure que cette année » s’est-elle félicitée. Nakia Touré de Ségou a perdu devant Diahara Touré de Bamako dans la catégorie de -53 kg. Aminata Traoré, Mariam Diarra et Soloba Kamaté, toutes de la ligue de Bamako ont dominé respectivement Sanata Koné, Aminata Sanogo et Fatoumata M. Sidibé toutes de Sikasso dans les catégories de -57kg, -62 kg et 67 kg. UN BON NIVEAU. Chez les hommes, le médaillé de bronze du championnat du monde, Ismaà«l Coulibaly de Bamako s’impose naturellement devant Boubacar Diarra de Kayes. « Je ressens de la joie. Je salue mon maà®tre Drissa Coulibaly qui m’a préparé et m’a entraà®né pour ce championnat. Je salue mes parents et toute ma famille. Je suis très content. Seul le travail paie. Mon objectif est de m’améliorer » a exprimé le champion. Tout comme Aminata Makou Traoré, Ismaà«l Coulibaly rêve de la médaille olympique. « J’aimerais être champion olympique. Si J’arrive à  participer aux JO. Car nous sommes deux dans ma catégorie, je ferais tout pour amener une médaille au peuple malien. Pour le championnat de cette année le niveau est bon par ce que les Régionaux sont en train d’évoluer eux aussi. Chaque fois qu’ils viennent on sent qu’il y a des progrès. Ils discutent avec nous. C’’est une bonne chose » a renchérie Ismaà«l Coulibaly avant de saluer la fédération malienne de taekwondo. Dans la catégorie de -58 kg Seydou Niang de Ségou a dominé Adama Ballo. « Je suis très content. C’’est une fierté pour moi et pour Ségou. C’’est le travail que je fais avec mes entraà®neurs qui a payé. Nous sommes en train de préparer les compétitions internationales ici comme les championnats mondiaux, les championnats d’Afrique. Mais nous visons essentiellement les Jeux Olympique », a expliqué Seydou Niang après sa victoire. Dans la catégorie de -68 kg Moussa Konaté de Mopti a perdu devant Samba Niang de Bamako. Les catégories de -54 kg, -63kg et +87 kg ont vu les victoires de Drissa Traoré de Ségou, Yaya Dembélé de Bamako et Moussa Traoré de Bamako devant Ousmane Sacko de Koulikoro, Sidy Bamba de Mopti et Ousmane Maà¯ga de Gao. Dans les -48kg et -55kg juniors, Lassana Diarra de Kayes et Ousmane Djiré ont dominé respectivement Mahamadou Togola de Koulikoro et Youssouf El Moctar de Gao. « Le championnat a été d’un niveau technique très élevé. Surtout je vois que les Régions sont entrain d’évoluer d’une manière extraordinaire. Je ne suis pas surpris eu égard au travail que nous faisons non seulement à  Bamako, mais aussi dans les régions. Mais je suis très content. C’’est un résultat qui honore le taekwondo malien. Techniquement le niveau est bon. Avec ce public et le temps de la compétition on voit que le taekwondo est en train de faire son petit bout de chemin au Mali. Etant donné que on n’a pas vu des forfaits, C’’est dire que le niveau technique est en train d’évoluer considérablement » estime le DTN de la fédération malienne de taekwondo, Aliou Badra Macalou. Avant de s’exprimer sur les chances de nos combattants aux J.O. « Techniquement les moyens sont là . Mais il faut appuyer la technique. La technique seule ne suffit pas. On a eu de champion du monde, de champion d’Afrique qui ont été formés ici au Mali. Ils ont été formés par des techniciens maliens. Mais au niveau international cela ne suffit pas. Il faut les mettre dans les compétitions. Un compétiteur, C’’est quelqu’un qui fait des compétitions. Il faut avoir les moyens de leur faire faire des compétitions. Qu’ils arrivent à  s’affronter à  d’autres compétiteurs qui ne sont pas des maliens. Les moyens peuvent se limiter à  ce niveau si non techniquement et potentiellement tout est là . Les éliminatoires en Afrique doivent se dérouler en janvier en Egypte. Aminata Makou Traoré et les autres vont essayer de se qualifier au le niveau continental ». Il s’exprime aussi sur les inquiétudes d’Ismaà«l Coulibaly. Le champion du Mali 2011 aspire avec Oumar Cissé Dans sa catégorie (-74 kg) aux J.O. « La fédération malienne de taekwondo gère les compétiteurs à  partir de leur forme. On regarde quel est l’athlète au mieux de sa forme pouvant apporter la médaille pour le pays. C’’est comme ça qu’on va voir. Mais théoriquement C’’est celui qui a la bourse olympique qui doit être désigner pour participer à  ces jeux. Il s’agit d’Oumar Cissé qui est lui aussi un très bon combattant. Mais on verra au moment venu. Nous allons faire la confrontation entre les deux athlètes. Et nous prendrons le meilleur car nous voulons le meilleur pour le pays », a détaillé le technicien avant d’ajouter : « Taekwondo est un sport avec le quel les Maliens peuvent compter, avec le quel les autorités maliennes peuvent compter pour faire rayonner le nom de notre pays à  l’extérieur dans la sous région et mondialement. Avec 8 médailles aux jeux africains 4 pour le taekwondo, C’’est-à -dire que le taekwondo occupe une très grande place dans notre pays et au niveau international. Le Mali est un pays craint en matière de taekwondo », a renchéri Aliou Badra Traoré. Rappelons que le DTN, Aliou Badra Traoré va participer aux éliminatoires pour les JO en zone Asie du 23 au 28 novembre prochain à  Ban gong en tant que arbitre.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut