Économie › Actualités Économie

‘Tous ACP’: réduire la dépendance économique

Après 4 ans de mise en œuvre, ce programme tend vers sa fin et doit être évalué. Pour ce faire les experts se sont donnés rendez vous à  Bamako fin novembre, les 28 et 29, pour un atelier de dissémination des résultats dudit programme pour la région Afrique de l’ouest et du centre. Dependance économique Le programme ‘Tous ACP’ relatif aux produits de base agricoles a été conçu en 2007 sur la base d’un constat persistant : la trop forte dépendance de nos économies, notamment sur quelques produits de base comme le coton, la gomme arabique, le café, le manioC’… Il fallait donc réduire cette dépendance par la diversification des produits de base agricoles. Son lancement en 2007 correspondait a une flambée des prix des produits vivriers avec des risques importants pour la stabilité des pays. Aussi l’objectif visé par ce programme est de réduire la pauvreté dans les pays ACP en augmentant les revenus des producteurs traditionnels et en réduisant leurs vulnérabilité au niveau des producteurs ainsi qu’au niveau macroéconomique. Financé à  hauteur de 45 millions d’euros, 45% du budget de ce programme, ont été affectés à  l’Afrique de l’ouest et du centre, pour financer l’appui aux secteurs des cultures vivrières et des activités à  caractère thématiques comme la gestion à  risque et les bourses agricoles. Pour le chef de la délégation de l’Union Européenne au Mali, M. David Mogollon, les secteurs agricoles dans les pays ACP doivent faire face à  des difficultés d’adaptation et à  une rude concurrence internationale et à  des changements sur le marché international. C’’est la raison pour laquelle, il a rappelé que la plupart des pays, secteurs et producteurs individuels, manquent souvent de visions stratégiques pour le développement des filières agricoles. Le secteur agricole dans son ensemble apporte une contribution significative à  la stabilité socio-économique des régions d’Afrique de l’Ouest d’Afrique et du centre, ainsi qu’à  la lutte contre la pauvreté.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut