Idées › Éditos

Alliance PDES-Codem : à quoi ça rime ?

La politique, un jeu du chat et de la souris. Des alliances et des mésententes du jour au lendemain. Les alliés d’hier deviennent donc les ennemis jurés de demain. Et vice versa. Et au fur et à  mesure que l’élection présidentielle approche, certains revoient leurs dispositif et cherchent de nouveaux amis pour servir leurs ambitions politiques. Le parti PDES lancé en juillet 2012 en grandes pompes et qui enregistre de nombreuses défections semble lui se chercher un leader et plus de militants. Constitué de fortes personnalités en son sein et pour la plupart proches du pouvoir actuel, il n’est pas étonnant que des querelles de leadership s’y installent fréquemment. Ah solidarité quand tu nous lâches… Jeamille Bittar, 1er vice président du parti, s’est investi candidat en son nom propre, sous la houlette de l’UMAM, l’Union des Mouvements et associations du Mali qui le soutient. Séméga, le charismatique président du parti PDES et membre du gouvernement actuel, ne saurait lui prétendre à  la magistrature suprême après l’interdiction formelle du président de la république de travailler avec de potentiels candidats à  l’élection de 2012. Mais venons à  cette nouvelle alliance formée entre le parti PDES et la CODEM, dirigée par Housseini Amion Guindo que la coalition PUR, composée d’une quinzaine de partis politiques, et comptant jadis en son sein le parti Yéléma de Moussa Mara, a choisi comme candidat pour 2012. Il s’agirait de «Â former une plateforme politique viable et engagée vers la victoire pour 2012 », apprend t-on lors du lancement à  l‘hôtel Radisson. « Il nous incombe de coordonner nos actions pour qu’elles deviennent un instrument efficace de promotion et de vulgarisation des idéaux du président ATT « , précise Séméga sans plus de détails. Qui sera le leader de ce nouveau rassemblement pour le moins surprenant? Le PDES est-il vraiment en ordre de bataille mais en manque de leadership également pour s’allier avec le jeune Guindo, dont l’éloquence ravit les militants. La convergence pour le développement du Mali (CODEM), va-t-elle de pair avec les ambitions du parti du développement et de la Solidarité ? Combien de temps tiendra cette nouvelle alliance, alors qu’on glosait un moment sur un Modibo Sidibé comme le porte-étendard des couleurs du PDES… Spéculation et rien d’autre… Décidément, le PDES ne serait-il qu’un parti d’hommes inquiets, comme l’écrivait notre confrère de la nouvelle République ? Un parti qui n’a pas de fond tangible et une base solide. Gageons que l’existence de cette alliance sera soumis aux vents de la transhumance politique. Le feuilleton continue.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut