Culture › Musique

En concert à Bamako, Tiken Jah Fakoly appelle la jeunesse à se lever pour le changement

En concert live au Stade Omnisports Modibo Kéita pour les fêtes de fin d’année 2011, Tiken Jah Fakoly, a invité la jeunesse africaine surtout malienne, à  se réveiller pour cesser de tendre toujours la main. Car, l’avenir de l’Afrique appartient à  elle. En cette fin d’année 2011, les activités de jeunesse se multiplient au Mali surtout à  Bamako o๠l’on assiste à  beaucoup de concerts à  l’endroit de la couche juvénile. Dans cette lancée, le Reggae-man Ivoirien, Tiken Jah Fakoly, a donné un concert au Stade Omnisports Modibo Kéita de Bamako, le 23 décembre 2011. Ses fans ont répondu massivement présents à  son concert. Impatiemment attendu par le public, la star du Reggae africain n’a fait son entrée sur scène qu’après 23 heures. Comme à  l’accoutumée, il a tenu en haleine son public près de deux heures d’horloge : une vingtaine de morceaux chantés en live, parmi lesquels, des titres engagés comme «Balayeur balayé », « Ils ont partagé le monde», «Nous sommes tous ivoiriens », «Tout ça, C’’est wobawoba », « Arrêter moi tout ça », «Vieux père, C’’est mon fils», « Ouvrer les frontières », « La politique en Afrique », «Africain à  Paris », « Descendant de Fakoly ». La politique d’intérêt, de deux poids deux mesures de l’occident en Afrique a été fustigée. Mais aussi la confiscation du pouvoir par les dirigeants africains, conduisant aux guerres meurtrières, sacrifiant des milliers d’innocents. « Plus jamais ça en Côte d’Ivoire », dira t-il. Des messages forts ont été lancés à  la jeunesse africaine à  l’occasion. A cette jeunesse, Tiken Jah Fakoly a indiqué que personne ne viendra changer l’Afrique à  sa place. « l’avenir de l’Afrique, o๠tout reste à  faire, C’’est sa jeunesse. l’Afrique ne peut pas accepter que le monde entier vienne faire ce qu’il veut. Que la jeunesse continue à  tendre la main. C’’est pourquoi, elle doit prendre conscience et se lever pour amener ce changement », a lancé Tiken Jah

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut