Culture › Musique

« Les voix de Bamako », la culture au féminin

Comment donner une dimension artistique et culturelle à  la lutte pour la promotion de la femme dans notre pays ? C’’est le défi qu’a entrepris de relever la chanteuse malienne Mme Guimba Fantani Touré en initiant le festival international au féminin « Les Voix de Bamako ». Pour cette édition 2012, les festivités se dérouleront du 18 au 21 janvier au Palais de la culture Amadou Hampâthé Bâh. Ce mercredi soir, sous les fraicheurs du fleuve Niger et un ciel étoilé, le secrétaire général du ministère de la culture a donné le coup d’envoi officiel de la manifestation. C’’était en présence du représentant du directeur exécutif de l’ONUSIDA, Michel Sidibé, l’époux de la chanteuse Habib Dembélé dit « Guimba », et de plusieurs responsables du monde des arts et de la culture. Par les artistes et pour le public Un festival gratuit, on en a vu rarement. Et Fantani Touré a tenu le pari depuis cinq ans à  travers « Les Voix de Bamako ». Organisée par l’Association « Kolomba » (le grand puits), cette importante manifestation artistique et culturelle vise d’une part, à  réunir les artistes de tous les pays africains, en particulier ceux du Mali, résidant à  Bamako autour de la musique, de l’artisanat, de l’environnement, de la lutte contre l’excision, le sida, le paludisme et la tuberculose. D’autre part, il s’agit d’aider les jeunes talents à  se faire connaà®tre autour d’un concert géant dont le podium sera installé sur les berges du fleuve Niger. Cela, grâce à  l’aménagement d’un espace qui jouxtera une Rue Marchande o๠seront exposés divers produits de l’artisanat réalisés par des artisans, et des restaurateurs de plusieurs pays. Véritable opportunité d’affaires, d’intégration et d’échange d’expériences entre les participants issus divers horizons, le festival « Les Voix de Bamako » s’inscrit, selon ses organisateurs, dans le but d’animer la ville, à  travers les belles voix d’ici et d’ailleurs. Il permet également, expliquent-ils, d’informer les populations sur les problèmes environnementaux et sanitaires de l’Afrique afin de les amener à  adopter un autre mode de vie. De la nécessité de pérenniser Pour cette 5ème édition, les organisateurs ont mis les grands moyens. Et pendant quatre jours, la ville de Bamako va vibrer au rythme des meilleures sonorités du Mali et de la sous-région. De l’avis de la directrice du festival, Mme Guimba Fantani Touré, la tenue de cette manifestation a un impact non négligeable sur, d’une part, la promotion et la valorisation des expressions artistiques et culturelles, mais d’autre part, donnera un coup de fouet à  l’activité économique de la capitale, notamment dans les secteurs du transport, du commerce, de la télécommunication, etc. Pour la cantatrice, non moins présidente de l’Association « Kolomba », la spécificité du présent festival est qu’il est organisé uniquement par les artistes eux-mêmes. « Ceci est le témoignage éloquent de l’engagement constat de nous artistes à  oser entreprendre et à  donner de la valeur à  notre métier », nous explique la directrice du festival. D’o๠l’avis du secrétaire général du ministère de la culture que ce festival est une initiative novatrice. Saluant le long parcours artistique de l’initiatrice de l’évènement, M. Al Hady Koà¯ta a expliqué que Fantani est un produit des biennales artistiques et culturelles de notre pays, et des valeurs culturelles maliennes. Toutes choses, ajoute-t-il, qui lui ont valu d’être sacrée en octobre dernier « Meilleure artiste de la paix » de l’UNESCO. Le représentant du ministre de la culture, qui ne doute pas que ce riche parcours va contribuer à  asseoir davantage le festival, a insisté sur la nécessité de la mise en place d’une véritable industrie pour le festival et d’un mécanisme de financement durable. Carrefour de la diversité artistique et culturelle Au programme de cette édition 2012 du festival « Les voix de Bamako », des concerts géants sur les berges du fleuve Niger avec la participation d’artistes de grande renommée comme Mariam Bagayoko, Amy Koita, Djelimady Tounkara, Kasse Mady, Nènè Diabaté Djénéba Kouyate, Coumba Sira, Kokanko Sata, Samba Touré, Soumaila Kanouté, Doussou Bagayogo, Djénéba Seck, etc. Bref, pour cette 5ème édition une pléiade d’artistes débarque à  Bamako pour donner un cachet particulier à  l’évènement, et offrir une chance au public de profiter de la richesse et de la diversité de la musique malienne. La comédie sera aussi au rendez-vous avec l’arrivée de Habib Dembélé dit « Guimba » pour son one man show « Kanouté ka visa ko » (l’affaire de visa de Kanouté). Joué dans les plus grandes salles européennes ce spectacle traduit le génie de son auteur quand il aborde des thèmes comme l’immigration, l’éducation etc. La 5ème édition du festival « Les Voix de Bamako », C’’est aussi des ateliers de danse, d’arts plastiques, de conte et de théâtre, sans oublier des conférences débats sur des thèmes d’actualité comme « femmes et Sida : Quels enjeux dans le foyer », le mariage des femmes face aux souffrances, etc.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut